3 min de lecture McDonald's

Marseille : un an après, le McDonald's de Saint-Barthélémy toujours debout

En juillet 2018, le fast food devait être racheté en remplacé par un restaurant de nourriture asiatique halal. Grâce aux mobilisations massives de ses salariés, l'enseigne est aujourd'hui toujours ouverte.

Des salariés du McDonald's de Saint-Barthélémy manifestent contre la fermeture du fast food, à Marseille. 27 Août 2018. Christophe SIMON/AFP
Des salariés du McDonald's de Saint-Barthélémy manifestent contre la fermeture du fast food, à Marseille. 27 Août 2018. Christophe SIMON/AFP Crédit : Christophe SIMON/AFP
Claire Riobé et AFP

Leur combat a fait la une du New York Times : pour sauver leurs emplois, les salariés du McDonald's de Saint-Barthélémy, dans les quartiers nord de Marseille, sont engagés dans un bras de fer avec le géant américain. "Oui, il y a un McDonald's français qui est apprécié (par son personnel)", titrait ainsi le journal en septembre dernier. 

L'affaire commence en Juillet 2018 : Jean-Pierre Brochiero, franchisé du N°1 mondial de la restauration rapide, annonce vouloir céder ses six fast-foods marseillais. Cinq des six McDonald's sont ainsi promis à un autre franchisé, Mohamed Abbassi.  

Le McDonald's de Saint-Barthélémy doit, lui, changer de propriétaire et être transformé en restaurant asiatique halal. Le projet n'est pas du goût des salariés du fast food, qui se mobilisent massivement dans les semaines qui suivent et tentent de sauver leurs emplois. 

Les salariés dénoncent un plan social déguisé

Pour Me Ralph Blindauer, l'avocat des salariés, ce projet "n'est qu'une stratégie anti-syndicale pour se débarrasser du village gaulois qui dérange". Car à "Saint-Barth", les CDI sont fréquents (51 CDI sur 81 salariés fin mai), dans un monde McDonald's où CDD et temps partiels sont privilégiés. 

À lire aussi
Un restaurant Mc Donald's (photo d'illustration). Alimentation
40 ans après l'ouverture du premier McDonald's, le burger a conquis la France

Et la cible serait Kamel Guemari, délégué du personnel FO, arrivé dans ce McDo en 1998, à 16 ans, et désormais sous-directeur. 

Des extraits d'une conversation ont fuité en mai dernier entre Christophe Chapuis, vice-président Régions de McDonald's France, et un représentant du personnel d'un autre McDo marseillais. "Moi, le seul que je veux plus dans le truc, c'est Kamel, (...) on cherche à se débarrasser de Kamel" selon M. Chapuis, peut-on lire dans la presse. 

Dans un communiqué du 7 juin dernier, McDonald's France dénonce de son côté de "pseudos extraits d'enregistrements dont personne ne connaît l'origine, l'authenticité, l'intégrité ou encore la véracité". "M. Chapuis a déposé plainte pour diffamation", insiste son avocate.  

Toujours debout... mais pour combien de temps ?

La lutte des salariés a pris un nouveau tournant en septembre 2018. Le juge des référés avait en effet validé la cession des cinq restaurants à M. Abbassi, mais rejeté le projet Hali Food, qui n'aurait présenté aucune viabilité "à brève et moyenne échéance". Une victoire pour les salariés, qui ont continué de se mobiliser dans les mois qui ont suivi. 

À l'heure actuelle, le fast-food de Saint-Barthélémy est ainsi toujours un McDonald's. Mais sa santé financière est vacillante : l'enseigne a subit 992.000 euros de pertes en 2018, et 3,3 millions de pertes depuis 2009

Rien n'est fait pour augmenter le chiffre d'affaires

Partager la citation

Pour les salariés, la faillite est organisée. "Rien n'est fait pour augmenter le chiffre d'affaires, accuse Kamel Guemari. Pas de 2ème piste "drive", pas de livraisons à domicile. Pendant un an, nous avions même disparu de l'application McDonald's !".

Depuis septembre 2018, le franchisé affirme que ce McDo n'est pas viable, sauf à réduire la masse salariale de 400.000 euros. En mai dernier, un plan de réorganisation est présenté, avec sept licenciements à la clef. Parmi eux, M. Guemari, mais aussi Aïcha Zoghlami, agent de maîtrise, embauchée en 1992, quelques semaines après l'inauguration du McDo par Martine Aubry, alors ministre du Travail. "Je n'ai même plus le courage d'en parler", a-t-elle lâché, d'une voix lasse.   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
McDonald's New york times Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797897483
Marseille : un an après, le McDonald's de Saint-Barthélémy toujours debout
Marseille : un an après, le McDonald's de Saint-Barthélémy toujours debout
En juillet 2018, le fast food devait être racheté en remplacé par un restaurant de nourriture asiatique halal. Grâce aux mobilisations massives de ses salariés, l'enseigne est aujourd'hui toujours ouverte.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/marseille-un-an-apres-le-mcdonald-s-de-saint-barthelemy-toujours-debout-7797897483
2019-06-21 21:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3w1m-lffW58uNJZ76wTLZw/330v220-2/online/image/2019/0621/7797898194_les-employes-manifestent-devant-le-mcdonald-s-du-quartier-de-saint-barthelemy-marseille-aout-2018-christophe-simon-afp.jpg