1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Marlène Schiappa répond aux remarques sexistes sur son décolleté
1 min de lecture

Marlène Schiappa répond aux remarques sexistes sur son décolleté

La secrétaire d'État chargée de l'égalité femmes-hommes s'est indignée sur Twitter d'avoir reçu une avalanche de commentaires sexistes sur sa tenue.

Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale le 24 juillet 2018.
Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale le 24 juillet 2018.
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Emeline Ferry

Un décolleté et une avalanche de commentaires sexistes. C'est ce que vivent de nombreuses femmes au quotidien, jugée sur la tenue qu'elles ont choisi de porter. Ce mardi 24 juillet, c'est Marlène Schiappa qui en a fait les frais.

Invitée sur le plateau de BFM TV pour parler de l'affaire Benalla, la secrétaire d'État chargée de l'égalité femmes-hommes a provoqué la colère de certains internautes, non pas à cause de ses propos, mais de sa tenue vestimentaire. En pleine canicule, elle avait choisi de s'habiller avec une robe et une veste. 


Mais des téléspectateurs ont jugé sa robe trop décolletée et ont publié des commentaires sexistes et haineux sur Twitter. "Non mais, est-ce que c'est une tenue de ministre ? Comment pouvons-nous supporter que le gouvernement de la France soit tombé si bas ?", écrit un utilisateur du réseau social.

Plusieurs messages d'insultes et de haine ont été postés, à la suite de son apparition télévisée. "La Schiappa a fait péter le décolleté sur BFM TV pour détourner l'attention et vendre plus de bouquins sur ses douches ou quoi ?", écrit un autre internaute.

La secrétaire d'État réagit

À lire aussi

Quand elle a pris connaissance de ces attaques misogynes, Marlène Schiappa a publié un tweet pour répondre à celles et ceux qui ont critiqué sa tenue. "Découvre des centaines de tweets insultants/agressifs au sujet de la tenue (robe + veste) portée", écrit-elle.

La secrétaire d'État a également tenu à remercier les internautes qui ont pris sa défense face à ce déferlement de haine sexiste. "Merci à celles et ceux qui ont rappelé que les femmes (politiques ou pas) s'habillaient comme elles le souhaitent en 2018 et ne sont pas responsables des délires ou frustrations des internautes, et rappelé que désormais le cyberharcèlement en meute est puni", conclut-elle dans un second message.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/