1 min de lecture Cancer du sein

Mammographie : un nouvel appareil pour un examen moins douloureux

Ce nouveau mammographe, testé en Île-de-France, permet notamment aux patientes de régler elles-mêmes la compression de leurs seins lors de l'examen.

micro générique RTL Week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Mammographie : un nouvel appareil pour un examen moins douloureux Crédit Image : GE Healthcare - Senographe Pristina | Crédit Média : RTL / Odile Pouget | Durée : | Date : La page de l'émission
Odile Pouget et Eléanor Douet

Le dépistage du cancer du sein a été généralisé en 2004. Depuis, toutes les femmes de 50 à 75 ans sont invitées à procéder à un examen clinique tous les deux ans. Si la mammographie est indispensable, elle se révèle souvent douloureuse pour les patientes. Un nouvel appareil fabriqué par l'Entreprise General Electric Healthcare pourrait mettre fin à cela. En effet, ce mammographe promet davantage de confort et moins de stress. Trois équipements sont testés actuellement en Île-de-France.

Au centre d'imagerie de Gustave Roussy (Villejuif), le mammographe qui fonctionne depuis deux mois dispose d'un design et d'une ergonomie conçus à partir de l'expérience de médecins et de patientes. "Le support sur lequel on va poser le sein est de forme arrondie, donc on n'a plus les angles qui peuvent faire mal", explique Morgan Cousin, manipulatrice en électro radiologie. Fini aussi les poignées auxquelles se tenaient, jusqu'ici, les patientes. Il y a "juste un petit support où la dame peut poser sa main", précise Morgan Cousin. Ce mammographe plus confortable diminue les tensions et "permet donc d'avoir un relâchement plus important lors de l'examen".

La patiente devient actrice de son examen

L'examen devient donc moins stressant car moins douloureux. Grâce à une télécommande, la patiente a également la possibilité de régler elle-même la compression de ses seins. "En même temps, ça permet de diminuer encore un petit peu plus l'épaisseur du sein, du coup l'examen est plus facilement lisible", se félicite le docteur Corinne Belleyguier, radiologue. "On a moins de doses de rayons nécessaires pour avoir une image qui reste de bonne qualité", précise-t-elle. "Le fait d'être complètement acteur de son examen permet de mieux l'accepter et peut-être d'y revenir plus régulièrement", ajoute la radiologue. Une quinzaine de nouveaux appareils devrait être mis en service d'ici la fin de l'année.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cancer du sein Octobre rose Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants