3 min de lecture Abattoir

Maltraitance animale : l'agent secret de l'association L214 qui a filmé les abattoirs raconte son quotidien

Nicolas a travaillé dans un abattoir. Choqué par ce qu'il y a vu, il a décidé de filmer de l'intérieur ces endroits afin de dénoncer les maltraitances faites sur les animaux.

50 millions de poussins sont victimes de pratiques cruelles d'après l'association L214
50 millions de poussins sont victimes de pratiques cruelles d'après l'association L214 Crédit : KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Des animaux maltraités, des abattoirs lugubres et des scènes d'une violence extrême. L'association L214 a révélé des vidéos montrant la maltraitance envers les animaux en France et plus précisément dans les abattoirs du Vigan et dans les Pyrénées-Atlantiques. Les images sont d'une telle violence qu'elles ont eu un écho retentissant. À tel point que le ministre de l'Agriculture avait ordonné des inspections dans tous les abattoirs sous un délai d'un mois. "En cas de défaut avéré constaté à l'occasion de ces inspections", Stéphane Le Foll demande "la suspension sans délai de l'agrément de ces établissements".

Les vidéos des abattoirs proviennent en général des caméras de surveillance postées au sein des établissements. Contactée par RTL.fr, Brigitte Gothière, cofondatrice de l'association L214, explique que ces informations peuvent être obtenues grâce à un réseau de lanceurs d'alerte. "Cela peut aller de l'électricien qui vient de changer une ampoule dans un abattoir et qui voit des choses inadmissibles, au vétérinaire qui y travaille". L'objectif de l'association est de "montrer la réalité de façon honnête, celle que l'on ne voit pas tous les jours", explique-t-elle.

À l'image d'un agent secret, Nicolas (dont le nom a été changé), 25 ans, a été la source de L214 pendant un an et demi. Dans un document exclusif, Francetvinfo dévoile son quotidien. L'histoire débute dans un couvoir de Bretagne en 2014. "Quand je me suis fait embaucher là-bas, c'était pour gagner de l'argent, ce n'était pas pour filmer", raconte-t-il. Il commence par trier des poussins à la chaîne sur un tapis roulant : "Au début, j'allais lentement, je n'osais pas les attraper. Mais au bout d'un quart d'heure, on est obligé de déconnecter sinon ça ne marche pas. Après on les prend par poignées, on les regarde vite fait et on les balance". Tout à basculer au bout d'une semaine, lorsque Nicolas décide de dénoncer ce qu'il voyait.

À lire aussi
Jordan Bardella, lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI Rassemblement national
Halal et casher : Jordan Bardella "opposé" à l'abattage rituel


Il contacte alors l'association qui "lui fournit le matériel - une caméra cachée et une GoPro - et le jeune homme commence à filmer pendant ses journées de travail", raconte le site. En fin de journée, il transférait toutes les images récoltées sur un disque dur. "Après le couvoir, j'ai eu des insomnies pendant plusieurs semaines", raconte-t-il à Francetvinfo. La diffusion des vidéos entraînera la fermeture de l'entreprise. Son patron sera condamné à 19.000 euros d'amendes.

Des abattoirs ciblés dans les annonces Pôle emploi

"Nicolas est officiellement devenu l'"enquêteur" de L214, passant de militant bénévole à salarié de l'association". Afin de mener ses enquêtes, il fait le tri parmi les annonces de Pôle emploi. Cependant, postuler et se faire embaucher n'est pas une mince affaire. Il a dû "faire deux mois d'intérim dans l'agroalimentaire dans des trucs qui n'avaient rien à voir, les services à l'élevage, les vaccinations, uniquement pour se faire un CV et que l'agence le mette sur cet emploi", détaille-t-il.

Il était important aussi pour "l'agent secret" de rester assez longtemps au sein de l'entreprise. "J'ai travaillé dans un abattoir de moutons de la région nantaise. Mais le contrat ne durait qu'une semaine. C'était trop court pour prendre des images qui soient exploitables médiatiquement et juridiquement. Et je n'étais pas au bon poste. Il aurait fallu que je sois employé juste avant l'égorgement ou juste après", explique Nicolas. 

Un jeu de rôle qui dure pendant des semaines

Il confie également sa méthode : il filme "quand il est seul ou quand les autres employés ont le dos tourné. Cela ne l'empêche pas d'éprouver du 'stress' et surtout 'la peur de se faire prendre'" : "Filmer en caméra cachée implique aussi d'avoir des postures pas très naturelles, mais qui en réalité ne se voient que si on sait ce qu'on est en train de faire". Le jeune homme va observer des horreurs : "Les infections surviennent rapidement. Tous les matins, on ramassait des canes mortes dans la nuit. D'autres avaient les parties génitales qui s'infectaient et on devait leur tordre le cou"

Son infiltration n'était possible qu'en jouant un rôle "dès l'entretien d'embauche et après, avec les salariés de l'entreprise, huit heures par jour pendant des semaines. On ne peut pas parler de sa vie privée. On n'a plus de vie personnelle non plus. On part à des centaines de kilomètres de chez soi". Ces raisons ont poussé Nicolas à arrêter ce travail d'investigation à l'hiver 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Abattoir Animaux Associations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782899127
Maltraitance animale : l'agent secret de l'association L214 qui a filmé les abattoirs raconte son quotidien
Maltraitance animale : l'agent secret de l'association L214 qui a filmé les abattoirs raconte son quotidien
Nicolas a travaillé dans un abattoir. Choqué par ce qu'il y a vu, il a décidé de filmer de l'intérieur ces endroits afin de dénoncer les maltraitances faites sur les animaux.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/maltraitance-animale-l-agent-secret-de-l-association-l214-qui-a-filme-les-abattoirs-raconte-son-quotidien-7782899127
2016-04-19 17:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0v-PoMsFI0qRNAHSOrlCSQ/330v220-2/online/image/2015/0808/7779346672_000-par7680432.jpg