3 min de lecture

Mahomet en Une de Charlie Hebdo proclame : "Je suis Charlie"

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Pascal Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
LES AUDITEURS ONT LA PAROLE DU 13/01/2015 Crédit Média : Vincent Parizot,Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission

Faut-il rétablir le service national ?

Plusieurs personnalités de droite envisagent le retour du service national en France. Objectif : lutter contre la montée des jeunes Français qui partent faire le djihad. 

C'est le cas de l’ancien ministre et actuel député de l’Aisne Xavier Bertrand qui a décidé de présenter une proposition de loi dans 10 jours. Il souhaite un service national de trois mois, avec d’anciens militaires retraités pour encadrer les jeunes. 

Dans une interview au Point fin octobre, il expliquait déjà vouloir ainsi "renforcer l'apprentissage de la vie en société, des valeurs républicaines". 

La fin du service militaire obligatoire a été annoncée par le président Jacques Chirac en 1996, avec la professionnalisation des armées. Il a été remplacé par la Journée d'appel de préparation à la défense (JAPF) puis par la Journée défense et citoyenneté (JDC).



 Faut-il rétablir un service national ?



Invités du débat de RTL Midi : Xavier Betrand, ancien ministre, député UMP de l'Aisne et Paul Quilès, ancien Ministre de la Défense.

Mahomet en Une de Charlie Hebdo proclame : "Je suis Charlie"

Le journal satirique Charlie Hebdo, décimé par un attentat islamiste pour avoir publié des dessins de Mahomet, persiste et  signe en Une de son prochain numéro de mercredi en lui faisant proclamer: "Je suis Charlie". 

La nouvelle Une de Charlie Hebdo est dévoilée alors que le gouvernement s'est attelé à renforcer la sécurité et préserver le fragile trésor de l'unité au lendemain de la marche historique contre le terrorisme qui a réuni près de 4  millions de personnes dans tout le pays. 

Charlie Hebdo représente en couverture un prophète qui pleure, habillé de blanc, et tenant entre ses mains le slogan mondial des manifestants contre l'attentat.  Au-dessus du dessin, le journal titre "Tout est pardonné", un dessin signé Luz obtenu par l'AFP lundi soir. 

Ce numéro dit "des survivants" -- Luz est l'un des rescapés de la fusillade de mercredi -- sera tiré à trois millions d'exemplaires, contre 60.000 habituellement, et vendu dans 25 pays. 

Allez-vous acheter Charlie Hebdo ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Allez-vous acheter Charlie Hebdo ?
Nombre de votes : 9844 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande

Education : enseigner les valeurs républicaines après les attentats

Najat Vallaud-Belkacem a consulté hier les syndicats de l'éducation, les fédérations de parents et les lycéens à propos des valeurs de la République, après les attentats qui ont endeuillé la France la semaine dernière. 


Les syndicats (FSU, Unsa, Sgen-CFDT, Snalc) ont exprimé les besoins d'accompagnement des personnels mais aussi de formation continue, tandis que les parents d'élèves (FCPE, Peep, Apel) ont dit leur volonté d'être associés ou  de donner des espaces de parole aux élèves, ont expliqué les différents acteurs  au ministère. 


Les organisations lycéennes (SGL, UNL, FIDL) ont annoncé qu'elles allaient lancer un site internet animé par des dessins et des initiatives lycéennes pour  "lutter contre la théorie du complot". 


La ministre de l'Éducation nationale, qui veut promouvoir une "grande mobilisation de l'école pour les valeurs de la République", devait aussi recevoir les organisations étudiantes et les syndicats de l'enseignement supérieur. Dès mercredi soir, elle avait invité les enseignants à répondre favorablement aux demandes d'expression en classe. 


"On était dans l'urgence, on a fait les choses rapidement", a dit Valérie Marty de la Peep. Maintenant, "les parents veulent savoir ce que les enseignants disent", "on a envie de participer à ces discussions", a-t-elle dit  demandant de la "transparence". Pour David Dumont de la FCPE, il faut "créer des espaces de discussion, de dialogue". 


Les événements récents "ont amené beaucoup d'interrogations dans les écoles", a indiqué Laurent Escure de l'Unsa Education, évoquant des incidents "heureusement très minoritaires au moment de la minute de silence", moins nombreux que lors de l'affaire Merah. 

Nous attendons vos commentaires et vos avis. A vous de jouer !

Lire la suite
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants