2 min de lecture Maltraitance

Loiret : des clowns pour soulager la douleur des enfants maltraités

REPORTAGE - Depuis l'automne, des comédiens interviennent tous les mercredis au centre hospitalier d'Orléans, où sont accueillis chaque année quelque 900 mineurs victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Loiret : des clowns pour soulager la douleur des enfants maltraités Crédit Image : DIDIER PALLAGES / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Odile Pouget édité par Léa Stassinet

C'est une expérience unique en France. Le Rire médecin, cette association qui vient en aide depuis près de 30 ans aux enfants hospitalisés en leur redonnant sourire et joie de vivre, se tourne désormais vers les enfants maltraités. 

Depuis l'automne, des comédiens interviennent tous les mercredis au centre hospitalier d'Orléans, où sont accueillis chaque année quelques 900 mineurs, âgés de 0 à 18 ans,  victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques.

9 heures du matin, dans un petite salle, les comédiens enfilent leur déguisement. Il y a là Frédéric, alias Buzz, bretelles argentées, chemise fleurie, pantalon bleu fluo et une étrange cravate en laine rouge. Myriam, surnommée Marie-Loutre, tresse ses nattes brunes devant un petit miroir. 

Leur numéro improvisé, ils le joueront ce matin-là pour Victor, 10 ans, victime d'agression sexuelle au sein de sa famille d'accueil. Le petit garçon est figé sur sa chaise dans l'attente angoissée de son audition par un enquêteur de la brigade des mineurs et d'un entretien avec une psychologue. Au fil des minutes, embarqué dans le jeu, le petit garçon va laisser échapper des mots, des sourires, parler de ce qu'il aime, faire du trampoline. 

Un rôle primordial pour le bien-être des enfants

À lire aussi
Policier russe à Moscou (2010) maltraitance
Russie : un centre de désintoxication clandestin démantelé

La présence des clowns se révèle très bénéfique pour ces enfants. Grâce aux bénévoles, ils sont plus détendus, plus réceptifs avant l'épreuve durant laquelle ils vont devoir dire, c'est-à-dire revivre leur traumatisme. "Ça permet une aide à l'audition", explique Barbara Tisseron, pédiatre et médecin-légiste. "Par exemple pour les tout-petits de 2/3 ans, les clowns ont trouvé un jeu qui consiste à cacher des nez rouges dans la salle d'audition et en allant les chercher, ça aide à la transition", poursuit-elle. 

Un recueil de la parole facilité tout comme l'examen médical souvent délicat. Émilie Mondoloni, infirmière depuis 4 ans au sein de l'unité, se souvient de ce petit garçon battu  qui ne supportait pas qu'on pose la main sur lui. "On a senti que, sachant qu'on allait le toucher, le clown serait le bienvenu, et ça s'est très bien passé. Il a totalement accroché sur la trompette du clown et le médecin a pu faire l'examen tranquillement, dans la douceur. Il n'y a rien de mieux qui fonctionne", assure-t-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maltraitance Associations Humour
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797523530
Loiret : des clowns pour soulager la douleur des enfants maltraités
Loiret : des clowns pour soulager la douleur des enfants maltraités
REPORTAGE - Depuis l'automne, des comédiens interviennent tous les mercredis au centre hospitalier d'Orléans, où sont accueillis chaque année quelque 900 mineurs victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/loiret-des-clowns-pour-soulager-la-douleur-des-enfants-maltraites-7797523530
2019-04-29 13:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/McxemY4_F8nGi0NTcNsNxg/330v220-2/online/image/2019/0429/7797523552_des-clowns-benevoles-dans-un-couloir-du-service-chirurgical-de-l-hopital-parisien-robert-debre-illustration.jpg