1 min de lecture Pompiers

Les pompiers en appellent "à la raison de la population" face aux appels "futiles"

INVITÉ RTL - De plus en plus appelés sur des interventions "futiles", les pompiers lancent un appel à la population et aux pouvoirs publics pour ne plus que le "18" soit composé à tort.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Les pompiers en appellent "à la raison de la population" Crédit Image : PHILIPPE MERLE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Robuchon
Philippe Robuchon édité par Eléanor Douet

Les pompiers poussent un coup de gueule. En ce début d'été, ils tirent le signal d'alarme estimant qu'on les considère de moins en moins comme un service d'urgence, mais quasiment comme une solution aux petits problèmes du quotidien.

"Nous en appelons à la raison de la population parce qu'aujourd'hui on nous appelle beaucoup pour du futile", déplore Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers. "On appelle les pompiers parce qu'on a laissé le robinet d'eau ouvert dans la salle de bain alors qu'on est parti travailler. On appelle les pompiers parce qu'on a oublié ses clés, parce qu'on s'est foulé la cheville sur un terrain de foot", énumère Grégory Allione.

Résultat : des interventions en hausse de 30% ces dernières années et une mission toutes les 7 secondes pour les pompiers.

Il faut réformer notre système d'appel aux secours

Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers
Partager la citation

"Toutes ces interventions captent les services de secours, utilisent du temps de secours alors qu'à côté de cela, il y a des gens qui ont réellement besoin des services d'urgence", regrette Grégory Allione.

À lire aussi
Christophe Castaner, le 20 août 2019 pompiers
Christophe Castaner estime que les pompiers "ne doivent pas" refuser d’intervenir

Les pompiers lancent donc un appel à la population, mais pas seulement. "Nous souhaitons appeler à l'attention des pouvoirs publics. Régulièrement, nous sommes en discussion avec Christophe Castaner pour convaincre la population, et notamment les décideurs, qu'il nous faut un seul numéro d'appel d'urgence : le 112. Il faut réformer notre système d'appel aux secours et notre système de réponse pour les urgences et pour les soins du quotidien", détaille Grégory Allione.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pompiers Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants