2 min de lecture Suicide

Les actualités de 5h - Suicides à France Télécom : l'ex-PDG nie toute crise sociale dans l'entreprise

"C'est comme ça, je n'y peux rien". Didier Lombard, l'ancien patron de France Télécom, a nié toute responsabilité quant à la vague de suicides survenue dans l'entreprise il y a dix ans.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Suicides à France Télécom : l'ex-PDG nie toute crise sociale dans l'entreprise Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin et Leia Hoarau

Il est apparu très froid, mardi 7 mai, au deuxième jour de son procès pour harcèlement moral, suite à la vague de suicides liés aux bouleversements dans l'entreprise il y a dix ans.

Pour Didier Lombard, l'ancien patron de France Télécom, l'entreprise n'a pas traversé une "crise sociale" mais une "crise médiatique", a-t-il expliqué, niant toute responsabilité. Les victimes et leurs proches espéraient des excuses ; elles ont dû se contenter de la "profonde et sincère tristesse" que M. Lombard a exprimée dans une déclaration lue à l'audience. Quand la partie civile lui a demandé s'il avait des regrets, il a préféré ne pas répondre.

"Que les transformations imposées à l'entreprise n'aient pas été agréables, c'est comme ça, je n'y peux rien. Si je n'avais pas été là, ça aurait été pareil, peut-être même pire", a déclaré au tribunal cet homme de 77 ans, PDG de 2005 à 2010. "Le problème était de ramener la maison dans un état normal", ajoute-t-il sèchement.

Les juges d'instruction ont retenu les cas de 39 salariés : dix-neuf se sont suicidés, douze ont tenté de le faire, et huit ont subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail. Mais pour l'ex-PDG, il n'y a pas eu de "crise sociale" à France Télécom. 

À lire aussi
Un important dispositif de la gendarmerie a été mis en place pour tenter de retrouver l'enfant (illustration) disparition
Somme : un enfant de 7 ans et son père retrouvés morts

Le prévenu accuse désormais les médias et juge que l'entreprise a été victime d'une "crise médiatique". Lui qui en 2009 avait parlé d'une "mode des suicides" dans l'entreprise (des propos "très maladroits", concède-t-il) préfère désormais évoquer l'"effet Werther", selon lequel "si vous parlez des suicides, vous les multipliez". 

À écouter également dans ce journal

Procès - Les 2 militants antispécistes qui ont agressé, samedi 4 mai, un boucher à Paris seront jugés le 4 juin prochain. Ils devaient passer en comparution immédiate. En attendant, ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Impôts - Le gouvernement multiplie les chiffres pour montrer l'impact des mesures d'urgence prises par Emmanuel Macron cet hiver, au plus fort de la crise des "gilets jaunes". Le pouvoir d'achat des Français augmentera d'environ 850 euros par ménage, selon Édouard Philippe.

Football - Le Barça à son tour victime d'une remontada... Il a subit l'énorme claque infligée par Liverpool qui l'a emporté 4-0, mardi 7 mai, et qui se qualifie donc pour la finale de la Ligue des Champions.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Suicide France Telecom Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants