1 min de lecture Terrorisme

Le terrorisme est la première préoccupation des Français, selon l'Insee

Le terrorisme reste la première préoccupation des Français selon une enquête de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et l'Insee. La pauvreté arrive en deuxième position.

Des policiers du Raid (illustration)
Des policiers du Raid (illustration) Crédit : BORIS HORVAT / AFP
Louis Rigaudière et AFP

Ce jeudi 12 décembre, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et l'Insee ont publié une enquête démontrant que le terrorisme reste la première préoccupation des Français mais en forte baisse par rapport à l'année dernière. 

Selon les résultats de ce volet de la vaste enquête annuelle "victimation et sentiment d'insécurité", 20% des Français considèrent le terrorisme comme le problème le plus préoccupant en 2019, soit une diminution significative de 10 points par rapport à 2018. En deuxième position, derrière le terrorisme et les attentats, vient la pauvreté pour 19% des Français, qui mentionnent également le chômage (16%) et l'environnement (14%).

Inquiétude pour 3 à 5% de la population entre 2007 et 2014, le terrorisme est devenu une préoccupation majeure des Français à partir de 2015, début d'une vague d'attentats meurtriers qui ont ébranlé le pays. 

Les adolescents davantage préoccupés par le terrorisme

Entre 2016 et 2018, cette proportion s'était établie entre 30 et 32% des Français. Dans le détail des différentes classes d'âge, le terrorisme est considéré comme le problème le plus important pour les Français âgés de 14 à 49 ans. Et c'est chez les adolescents que cette préoccupation est la plus forte, puisque 26% des 14-17 ans l'identifient comme le principal problème. A partir de 50 et jusqu'à 77 ans, le problème considéré comme le plus préoccupant est la pauvreté. Après 77 ans, il s'agit de la santé.

À lire aussi
Le centre pénitentier d'Alençon/Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne, où était détenu Flavien Moreau terrorisme
Sortie de prison du premier jihadiste condamné : une liberté très surveillée

En 2019, le caractère "terroriste" a été retenu pour l'attaque de surveillants à la prison de Condé-sur-Sarthe en mars, le colis piégé de Lyon en mai et la tuerie de la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts, début octobre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Société Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants