1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le rhume au volant serait plus dangereux que l'alcool
1 min de lecture

Le rhume au volant serait plus dangereux que l'alcool

Éternuer ou conduire, il faut choisir. Selon une étude, un conducteur enrhumé peut être plus dangereux qu'un conducteur légèrement au-dessus de la limite légale d'alcoolémie.

Des voitures sur le périphérique
Des voitures sur le périphérique
Crédit : AFP / Archives, Kenzo Tribouillard
Le rhume au volant serait plus dangereux que l'alcool
01:51
Le rhume au volant serait plus dangereux que l'alcool
01:54
Christophe Bourroux & Loïc Farge

Vous rendez vous compte qu'avec un gros "atchoum !", vous risquez la sortie de route. Éternuer est, en effet, une chose anodine du quotidien. Au volant, la chose est à prendre beaucoup plus au sérieux. C'est ce que nous rappelle cette enquête anglaise relayée par V-Traffic qui démontre qu'un conducteur enrhumé peut même être plus dangereux qu'un conducteur légèrement au-dessus de la limite légale d'alcoolémie. Pour preuve : un gros rhume ralentirait les réflexes de 36 millisecondes, contre 15 millisecondes chez un conducteur légèrement plus alcoolisé que la limite légale.

Résultat, cela aveuglerait le conducteur en moyenne pendant 3 secondes, l’empêchant de réagir sur une distance de 117 mètres à la vitesse de 130 kilomètres/heure. L'état de fébrilité due au rhume rendrait par ailleurs les conducteurs moins attentifs au danger, effet multiplié par la prise de médicaments. À tel point que d'après une précédente étude britannique le rhume au volant serait responsable d'environ 125.000 accidents corporels chaque année.

Ford a trouvé la parade

Certains constructeurs ont trouvé la parade. Ford a lancé il y a deux ans un système hyper performant anti-pollen. Un nouveau système de filtration de l'air qui bloque jusqu'à 99% du pollen et presque tout le dioxyde d'azote - des facteurs clés de l'asthme, tout comme les gaz polluants et les odeurs.

Loin d'être un gadget, cette technologie s'adresse aux personnes sensibles notamment au rhume des foins. Ces dernières doivent de plus en plus faire face à une saison de pollinisation qui s’étend sur dix mois de l’année et sont 33% plus impliquées dans des accidents. Cela concernerait plus d'un quart des Européens.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/