1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le redoux retarde l’épidémie de grippe, mais favorise l'arrivée d'autres virus
2 min de lecture

Le redoux retarde l’épidémie de grippe, mais favorise l'arrivée d'autres virus

Si la météo, particulièrement douce pour cet hiver, empêche l’arrivée de la grippe, elle accélère en revanche à la prolifération des rhino-pharyngites, otites et autres bronchites.

Un virus observé au microscope
Un virus observé au microscope
Crédit : AFP / Archives, Takeshi Noda
micros
La rédaction numérique de RTL

Angine, rhinite, otite, sinusite, rhino-pharyngites, bronchites… Vous n’êtes pas à l’abri. Les températures particulièrement hautes pour la saison ont retardé l’épidémie de grippe annuelle, mais pas celles des autres virus. Le climat actuel accélère la prolifération des pathologies de type ORL (qui concernent les zones nez, gorge, oreilles) et bronchites. 

Pierre-Henry Juan, président de SOS médecins, met en cause les écarts de température dans une même journée : "le matin, il fait 7 degrés, l'après-midi, il peut faire 20°C et le soir 10°C". Des températures qui accentuent également la transmission à grande échelle des virus respiratoires. "Parce qu'on est dans une ambiance tempérée légèrement humide qui favorise leur transmission et parce que le virus de la grippe n'est pas là", résume Bruno Lina, virologue. "Le chat n'est pas là, les souris dansent".

L'épidémie pourrait prendre de court un grand nombre de personnes

Si toutefois vous avez échappé à ces virus, ne vous réjouissez pas trop vite. Si la grippe tarde à sévir, ce n'est qu'une question de temps pour les médecins. "En 35 ans d'historique de la grippe, il y a toujours eu des épidémies chaque hiver, même si, parfois, elles étaient d'une faible ampleur", souligne Isabelle Bonmarin, coordinateur de surveillance de la grippe à l'Institut national de veille sanitaire (InVS). Ne pas constater d'épidémie de grippe à la veille de Noël n'a rien d'exceptionnel. "Il y a eu dans le passé des épidémies qui ont démarré très tard, comme en 1988 et 1998", vers la fin février, précise Mme Bonmarin.

Le docteur Martial Olivier-Koehret note également que si la température chutait brutalement, l'épidémie pourrait prendre de court un grand nombre de personnes. En effet, avec cette météo exceptionnellement douce, "les gens ne se reposent pas", explique-t-il. "Normalement, l'hiver, on est moins actif, on se met au repos, on dort plus. Là, on vit comme si on était en été. On est sur les terrasses, on  sort plus", observe le docteur. "Tout ceci affaiblit l'organisme" et le rend plus vulnérable au virus.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.