2 min de lecture Terrorisme

Le père de Tarek Belgacem, l'assaillant du commissariat de Barbès, accuse la police d'homicide volontaire

REPLAY - Le père de Tarek Belgacem ne croit pas à la version des forces de l'ordre qui ont abattu son fils, le 7 janvier dernier, alors qu'il attaquait un commissariat armé d'un couteau et d'une ceinture d'explosifs factice.

Christophe Pacaud RTL Grand Soir Christophe Pacaud
>
Toufik Belgacem, le père de Tarek Belgacem, va porter plainte contre X pour homicide volontaire Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : Guillaume Chieze | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze et Julien Quelen

Le 7 janvier dernier, Tarek Belgacem, confondu par ses empreintes digitales recoupées par la Tunisie, avait attaqué un commissariat du 18e arrondissement de Paris avant de tomber sous les balles des policiers. Les premiers éléments de l'enquête avaient rapidement confirmé que l'homme s'était présenté devant l'établissement de la Goutte d'Or armé d'un couteau et d'une ceinture d'explosifs factice avant que les policiers ne fassent feu pour le neutraliser. Une version que conteste aujourd'hui son père, Toufik Belgacem, arrivé en France mardi 19 janvier pour récupérer le corps de son fils. 


L'homme apparaît abattu et parle de son fils comme d'une victime de l'État islamique et de la paranoïa que crée le groupe terroriste. Mais en parallèle, Toufik Belgacem rejette la version officielle selon laquelle son fils aurait voulu, ce jour-là, s'en prendre à la police. "Je vais porter plainte, parce que je crois qu'il y a quelque chose qui cloche", explique-t-il ainsi au micro de RTL. 

Des témoignages qui posent question

Toufik Belgacem pointe en effet du doigt certaines incohérences entre les dires des policiers et ceux des témoins qui se contredisent. "Tous les témoins n'ont pas parlé d'un couteau-hache comme la police l'a dit. Il y a des témoins qui ont dit qu'il avait levé la main. Ils ont dit qu'il n'avait dit aucun mot. Pourquoi lui a-t-on tiré 3 ou 4 balles dans le cœur ? Il (le policier, ndlr) pouvait tirer sur la jambe, sur la main. Même quand il est tombé, il était encore en train de le viser. C'est la loi française qui dit ça ? Le mec qui a fait ça est un menteur", lâche-t-il en colère.

À lire aussi
Les forces de polices et pompiers devant le siège parisien de Charlie Hebdo terrorisme
Attentats de janvier 2015 : 14 personnes renvoyées aux assises


Pourtant les premières constatations du parquet de Paris sont claires : Tarek Belgacem était armé d'un couteau, d'un faux dispositif explosif et d'une lettre d'allégeance à Daesh quand il s'est présenté au commissariat. C'est donc pour y voir plus clair et pour obtenir la vérité que son père va déposer dans les heures qui viennent une plainte contre X pour homicide involontaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Attentats à Paris Tunisie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781459411
Le père de Tarek Belgacem, l'assaillant du commissariat de Barbès, accuse la police d'homicide volontaire
Le père de Tarek Belgacem, l'assaillant du commissariat de Barbès, accuse la police d'homicide volontaire
REPLAY - Le père de Tarek Belgacem ne croit pas à la version des forces de l'ordre qui ont abattu son fils, le 7 janvier dernier, alors qu'il attaquait un commissariat armé d'un couteau et d'une ceinture d'explosifs factice.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-pere-de-tarek-belgacem-l-assaillant-du-commissariat-de-barbes-accuse-la-police-d-homicide-volontaire-7781459411
2016-01-20 00:19:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/PjtyKmIpaLOKFG0hLdbpmg/330v220-2/online/image/2016/0113/7781322523_des-policiers-dans-le-quartier-de-la-goutte-d-or-a-paris-le-7-janvier-2016.jpg