1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le lauréat de la "meilleure baguette de Paris" ne livrera pas l'Élysée
1 min de lecture

Le lauréat de la "meilleure baguette de Paris" ne livrera pas l'Élysée

VU DANS LA PRESSE - Makram Akrout, le boulanger parisien ayant remporté le prix de la "meilleure baguette de Paris", ne livrera finalement pas le palais de l'Élysée après la découverte de messages insultants la France sur son compte Facebook.

Makram Akrout, le boulanger parisien ayant remporté le prix de la "meilleure baguette de Paris", ne livrera finalement pas le palais de l'Élysée (illustration)
Makram Akrout, le boulanger parisien ayant remporté le prix de la "meilleure baguette de Paris", ne livrera finalement pas le palais de l'Élysée (illustration)
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Étienne Bianchi

L'Élysée ne dégustera pas les "meilleures baguettes de Paris" faites par Makram Akrout, le lauréat de ce prix et boulanger dans le XIIe arrondissement de la capitale. Pourtant, le palais présidentiel l'avait félicité pour sa récompense dans un tweet publié samedi 2 octobre dernier. 

Rétropédalage donc lundi 4 octobre. L'Élysée indique au Parisien, que "l’Élysée n’a pas pris contact avec ce monsieur" et précise qu'il n'est "pas automatique" que le lauréat de ce prix fournisse le palais présidentiel. Un choix qui apparaît en rupture avec la tradition. 

En effet depuis la création de cette récompense en 1994 par la Marie de Paris, le boulanger vainqueur livrait systématiquement la table du président de la République. Il faut rappeler que depuis quelques jours, la polémique montait autour de Makram Akrout. 

Des partages Facebook incriminants

En effet, le boulanger était dans la tourmente après que plusieurs internautes lui ont reproché des positions "anti-françaises" voire "islamistes" sur Facebook. Ce dernier aurait partagé, et non rédigé, des publications à tonalité religieuse comme celle-ci : "Nous avons pleuré pour Charlie Hebdo et pour Notre-Dame mais du côté de la France, ils ne pleurent pas ces chiens lorsqu’on se moque du maître de la création, Allah".

À lire aussi

Makram Akrout avait réagi en affirmant que son compte Facebook avait été "piraté". Peu après son avocate, Sylvia Lasfargeas, avait indiqué à l'AFP que "comme bien des internautes, il a pu partager dans le passé des contenus publiés sur les réseaux sociaux sans en saisir toute la teneur". Après la décision prise par l'Élysée, son avocate a regretté, auprès du Parisien, une décision "qui dénote un manque de courage et qui ploie devant la fachosphère".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/