1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le journal de 18h : affaire Maëlys, tensions entre le procureur et les gendarmes
2 min de lecture

Le journal de 18h : affaire Maëlys, tensions entre le procureur et les gendarmes

REPLAY - Le procureur de Grenoble a ouvert une enquête pour violation du secret de l'instruction après des fuites dans la presse et vise les gendarmes.

Générique
Générique
Crédit : RTL
Le journal de 18h : affaire Maëlys, tensions entre le procureur et les gendarmes
14:00
Céline Landreau

Polémique autour du dossier Maëlys. Grosse colère du procureur de Grenoble qui accuse les gendarmes de fuites dans la presse et a ouvert une enquête pour violation du secret de l'instruction. Fait rarissime, le directeur général de la gendarmerie, Richard Lizurey a réagit en personne. Il dénonce des "accusations péremptoires" et "scandaleuses". Le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, lui persiste et signe ce soir sur RTL. "La seule chose qui soit scandaleuse dans cette affaire, sont les fuites permanentes. Tous les jours dans la presse, il y a des éléments qui fuitent et qui sont des éléments qui peuvent nuire à l'enquête".

La gendarmerie est donc directement visée par Jean-Yves Coquillat. "Ce que je sais, c'est que les éléments qui sont communiqués ne sont connus que des enquêteurs, de leur hiérarchie et des juges. Que des journalistes soient avisés de ces éléments, ça ne peut être que par des gens qui pratiquent l'enquête ou qui sont au-dessus des enquêteurs".

Jean-Yves Coquillat déplore avoir dû ouvrir cette enquête, "parce qu'une enquête dans l'enquête, ce n'est certainement pas ce qui va faciliter la résolution de cette affaire et j'ai quand même très clairement le sentiment que l'affaire Grégory n'a pas servi de leçon à beaucoup de gens". 

À écouter également dans ce journal

- Le bureau politique des Républicains vient de commencer et doit se prononcer sur le sort de ceux qui ont rejoint Emmanuel Macron, parmi eux : le premier ministre Édouard Philippe, deux ministres et deux députés. Considérés comme "des traîtres" pour de nombreux Républicains, ils devraient sans surprise être exclus du parti.

À lire aussi

- Le Front national en plein redressement fiscal. D'après le Canard enchaîné, le Fisc réclame près de 2 millions d'euros à son microparti Jeanne. Un redressement qui porte sur l'année 2012. Le FN dénonce un contrôle fiscal qui vise à "entraver" son action.

- Emmanuel Macron a déclaré qu'il ne voulait "pas donner de leçons" sur les droits de l'Homme au président égyptien Abdel Fattah Sissi, qu'il a reçu à l'Élysée. "Il s'agit de ne pas donner des leçons hors de tout contexte", a déclaré le président français devant la presse. 

- Le nombre de chômeurs a connu en septembre sa plus forte baisse depuis début 2001 (-64.800, -1,8%), effaçant les deux hausses consécutives enregistrées en juillet et août pour s'établir à 3,48 millions de personnes en métropole, a annoncé mardi le ministère du Travail.

- La Commission européenne a revu en baisse sa proposition de renouvellement de la licence du glyphosate dans l'UE, et proposera une durée entre cinq et sept ans pour sa prochaine autorisation, a annoncé le porte-parole de l'institution. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/