1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le diesel ne se remettra pas du "dieselgate"
2 min de lecture

Le diesel ne se remettra pas du "dieselgate"

ÉDITO - L'histoire automobile retiendra peut-être la date du 16 janvier 2017 comme celle de la mort du diesel.

Un véhicule roulant au diesel (illustration)
Un véhicule roulant au diesel (illustration)
Crédit : AFP / Archives, Thomas Samson
Le diesel ne se remettra pas du "dieselgate"
03:27
Le diesel ne se remettra pas du "dieselgate"
03:30
François Lenglet & Loïc Farge

C'est ce lundi 16 janvier qu'entre en vigueur la fameuse vignette Crit’air, qui classe les véhicules en fonction de leur degré de pollution, et qui va déboucher sur une circulation sélective. Durant les pics de pollution, les véhicules les plus sales resteront au parking, sauf à subir une amende. Pour l’instant, le système ne fonctionne qu’en région parisienne, mais il devrait être étendu aux autres agglomérations, en commençant par Grenoble. Et pour la première fois, le diesel est pénalisé, puisque la note qui lui est attribuée est moins bonne que celle des moteurs à essence, même pour les véhicules récents.

On s'achemine vers l’interdiction du diesel à Paris. C'est désormais la perspective pour les années qui viennent. On peut imaginer que les restrictions de circulations pour le diesel seront de plus en plus importantes, jusqu'à l’interdiction totale, dans la capitale et dans les autres villes.

Impact considérable du scandale VW

Ce "haro sur le diesel" a été déclenché par le scandale Volkswagen, révélé en septembre 2015. Celui-ci a montré que le constructeur allemand avait délibérément falsifié les performances écologiques de ses véhicules. L’impact de cette malversation a été considérable sur l’image de marque du diesel dans le monde entier. Et cela d’autant plus que d’autres constructeurs ont, semble-t-il, largement dépassé les normes de pollution pour leurs véhicules.

À la fin de la semaine dernière, on apprenait que Fiat-Chrysler était désormais concerné par une enquête des autorités américaines sur le sujet. Tout comme Renaultvisé par des investigations de la justice française pour la même raison. Dans ces deux cas, il ne s’agirait pas de malversations, contrairement à Volkswagen, mais de défectuosité du système de mesure des émissions, programmé pour ne pas fonctionner à certaines températures.

Chute des ventes de diesel en Europe

À lire aussi

Ces scandales ont eu un impact considérable sur le consommateur, même si la chute du diesel avait commencé avant. En France, entre 2015 et 2016, la proportion d’achat de voitures neuves au gazole a chuté de 5 points, pour atteindre 52% des achats de véhicules particuliers. C’est encore majoritaire, mais on vient de plus de 70% à l’âge d’or du diesel. Et ça baisse dans toute l’Europe.

En Espagne, on est passé de 71% à 56% ; en Grande-Bretagne, de 53% à 49%. Sur le continent dans son ensemble, les ventes de diesel sont désormais minoritaires, au moins pour les véhicules particuliers. Les flottes d’entreprise, elles, restent bien davantage au gazole.

Les constructeurs français ont dû s’adapter. Renault et Peugeot figurent parmi les spécialistes industriels de ces moteurs diesels, qui étaient jusqu'ici non seulement appréciés, mais même vantés pour leur caractéristiques écologiques, parce que, s’ils polluent avec les micro-particules et les nitrates, ils émettent 20% de moins d’oxyde de carbone qu’un moteur à essence. Les deux constructeurs sont en train de reconfigurer complètement leur production de moteurs, pour faire face à cette nouvelle donne, qui se traduit par un redémarrage des motorisations à essence.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/