1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Laetitia" : 3 raisons de découvrir le destin d'une boxeuse déterminée
2 min de lecture

"Laetitia" : 3 raisons de découvrir le destin d'une boxeuse déterminée

NOUS L'AVONS VU - "Laetitia", premier long métrage cinématographique de Julie Talon, sort ce mercredi 20 septembre dans les salles françaises.

Laetitia, héroïne d'un documentaire au cœur de l'intimité d'une championne
Laetitia, héroïne d'un documentaire au cœur de l'intimité d'une championne
Crédit : La Huit
Arièle Bonte
Arièle Bonte

Le ring, elle ne connaît que ça. Laetitia Lambert, championne du monde de boxe thaï en 2010, remet son titre en jeu deux ans plus tard. "Miss Univers", comme l'appellent certains, laisse alors entrer la réalisatrice Julie Talon dans son quotidien de championne.

Dans la salle d'entraînement de Laetitia, Julie Talon capture ses moments de doutes, de joie, d'espoir mais aussi son envie de remonter sur le ring et sa peur de ne plus savoir comment gagner.

Malgré ses retards à répétition et son manque d'engagement, son entraîneur, Jean-Marie Merchet, continue de croire en elle, en ses capacités, sa force physique mais aussi (et surtout) son mental.

Un allié de taille dans ce sport peu reconnu et qui ne permet pas à ses passionnés d'en vivre. C'est là, toute la beauté de Laetitia, un documentaire au cœur d'une passion ingrate. Explication en 3 points. 

1. Son héroïne attachante

À écouter aussi

Laetitia Lambert est une tête brûlée. C'est une femme qui assume sa fragilité, elle n'a pas peur de monter sur ring, de se battre dans des corps à corps musclés contre des hommes tout en élevant seule son fils et joignant les deux bouts avec un petit boulot dans un café.

Sa féminité, elle avoue encore la chercher parce que la boxe a métamorphosé son corps. Elle n'est pas non plus l'élève parfaite, tombe parfois, se relève toujours.

Dans Laetitia, son héroïne offre une belle leçon de vie : celle de prendre conscience que l'on n'existe qu'une fois et que le moment présent est ce qu'il y a de plus important. 

2. Un point de vue intime

Julie Talon a réalisé son documentaire avec une grande "liberté d'écriture". Résultat : on suit Laetitia, principalement avec ses gants de boxe, traverser une palette d'émotions et de situations. 

La réalisatrice du documentaire a réussi à rendre visibles toutes les subtilités de la boxe thaï : violente, tendre, presque sensuelle parfois. C'est un regard unique qui en dit bien plus que si Julie Talon avait fait le choix de promener sa caméra dans la vie personnelle et professionnelle de Laetitia.

3. Le combat d'une vie

Laetitia Lambert dans le film de Julie Talon
Laetitia Lambert dans le film de Julie Talon
Crédit : La Huit

Ces "zone d'ombre" apparaissent alors essentielles pour raconter Laetitia profondément mais "sans jugement", explique Julie Talon. Cette femme que l'on aperçoit au gré de quelques scènes ne pas s'en sortir avec facilité dans la vie reprend le dessus une fois ses gants de boxe enfilés. 

Imprévisible, Laetitia raconte le combat d'une vie, celui d'une femme qui n'a trouvé qu'un seul moyen pour exister dans une société où elle ne trouve pas sa place : le ring.     

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/