1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. À la rencontre de Tony, un Normand fan d'Urbex
2 min de lecture

À la rencontre de Tony, un Normand fan d'Urbex

L'Urbex est une discipline illégale apparue en France au milieu des années 80 et qui est aujourd'hui de plus en plus répandue. Cette exploration urbaine consiste à visiter des lieux abandonnés, cachés ou difficiles d'accès et souvent interdits.

Tony a visité cette maison abandonnée depuis près de 8 ans près d'Alençon.
Tony a visité cette maison abandonnée depuis près de 8 ans près d'Alençon.
Crédit : Frédéric Veille
À la rencontre de Tony, un Normand fan d'Urbex
04:05
Frédéric Veille

Il y a quelques jours, RTL a accompagné Tony, un jeune normand qui s'est lancé dans l'Urbex, l'exploration urbaine, depuis plus de cinq ans maintenant. Le rendez-vous a été pris à Alençon (Orne), et il a fallu rouler plusieurs minutes pour arriver dans une petite commune rurale où se trouve l’un de ces lieux abandonnés. "On va explorer une maison qui est restée à l’abandon depuis à peu près 8 ans", explique Tony. 

La voiture a été garée un peu plus loin afin d’éviter d’être vu. Il faut donc marcher quelques centaines de mètres avant d’arriver devant cette vieille maison où les ronces sont enchevêtrées dans un vieux portail en fer tout rouge. Il faut baisser la tête pour ne pas se griffer, faire attention où l’on marche pour atteindre la porte d’entrée de cette vieille bâtisse du début du XVIe siècle. 

"On rentre assez facilement", reconnait Tony. "On est dans une maison qui appartenait à une grand-mère de 90 ans qui était couturière", indique-t-il. Et d’ajouter : "Cela fait presque 9 ans qu’elle est abandonnée". Une fois la porte franchie, on peut voir que tout est resté en l’état : papiers, affaires, vêtements, livres, chaussures… 

Illégal mais toléré si on ne touche à rien

Aimant faire de la photo, Tony essaie "d’avoir le maximum d’informations sur le lieu pour retracer la vie de la personne et l’histoire du lieu pour poster ça sur les réseaux sociaux". Écoles, usines, châteaux, souterrains, etc. : tout l’intéresse. "Il faut avoir l’œil" reconnait-il, "dès qu’on les a trouvés, on part en exploration". 

À lire aussi

Comme Tony, ils sont des centaines en France à pratiquer cette activité. Avec pour Tony, une règle très stricte : "en arrivant sur un lieu, je ne touche pas, je ne déplace pas d’objets pour respecter le lieu, les gens qui ont habité ici. Et puis c’est l’art de l’Urbex : on ne dégrade pas". Mais l’Urbex peut s’avérer dangereux. "Il faut faire attention à bien s’équiper de lampes torches, de bonnes chaussures et aussi faire attention à où l’on marche" indique-t-il. Selon lui, le plus dangereux ce sont les usines : les sols, les plafonds et les mauvaises rencontres… 

Tony l’avoue : sur les 350 sites qu’il a déjà visités dans toute la France, il n’a été contrôlé qu’une seule fois. Mais attention, l’Urbex est illégal puisqu’il s’agit d’une violation de propriété privée qui peut entrainer selon la loi 2 ans de prison et 30.000 euros d’amende

La maison appartenait à une grand-mère de 90 ans qui était couturière.
La maison appartenait à une grand-mère de 90 ans qui était couturière.
Crédit : Frédéric Veille
La maison appartenait à une grand-mère de 90 ans qui était couturière.
La maison était abandonnée depuis près de 8 ans.
Tout est resté en l'état.
La maison appartenait à une grand-mère de 90 ans qui était couturière. Crédits : Frédéric Veille
La maison était abandonnée depuis près de 8 ans. Crédits : Frédéric Veille
Tout est resté en l'état. Crédits : Frédéric Veille
1/1
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/