1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La Poste est "aux abonnés absents" et "n'assure pas ses missions", déplore le maire de Melay
1 min de lecture

La Poste est "aux abonnés absents" et "n'assure pas ses missions", déplore le maire de Melay

Le patron de La Poste, Philippe Wahl sera auditionné ce mercredi matin par la commission des affaires économiques du Sénat. Les maires reprochent à La Poste de ne pas assurer son rôle de service public.

Des graines en provenance de Chine envoyées à des particuliers
Des graines en provenance de Chine envoyées à des particuliers
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
La Poste est "aux abonnés absents" et "n'assure pas ses missions", déplore le maire de Melay
01:16
Arnaud Tousch - édité par Marie Gingault

La Poste passe moins souvent qu'avant, la plupart de ses bureaux sont fermés. Incompréhensible pour de nombreux maires en zone rurales. Ils accusent La Poste de ne pas jouer son rôle de service public. Philippe Wahl le patron de La Poste sera auditionné ce mercredi matin par la commission des affaires économiques du Sénat .


"Je ne suis pas déçu, je suis vraiment vraiment en colère" déclare Jean-Claude Ducarre, maire de Melay, une commune en Saône-et-Loire (71). L'élu souhaite des explications : "Il me semble que La Poste reçoit un certain nombre de subsides d'argent public, pour des missions de services publics et en ce moment elle est aux abonnés absents et n'assure pas ses missions, notamment pour les personnes vulnérables qui sont sur nos territoires".

"S'il y a des gens pour qui on doit prêter une attention particulière dans ces circonstances, ce sont les personnes vulnérables. Nous le faisons, nous, les maires, on est là 24 heures sur 24 dans les communes rurales, pour assurer du portage de médicaments, pour assurer du portage de courses, pour faire une écoute téléphonique pour les personnes âgées qui sont dans des maisons isolées", souligne l'élu, qui aimerait que La Poste, en temps que service de l'État, en fasse autant : "Des services publics qui sont payés pour ça, qui reçoivent de l'argent public pour faire fonctionner leurs services ne sont pas en capacité de venir assurer un service minimum" déplore Jean-Claude Ducarre.

"Je ne demande pas le rétablissement des services tels qu'ils étaient dans l'idéal il y a deux mois, je demande un service minimum pour les personnes vulnérables, les personnes en difficulté" conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/