1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. À la pêche aux affaires et au goujon dans la Sarthe
1 min de lecture

À la pêche aux affaires et au goujon dans la Sarthe

REPLAY - Un journaliste du Canard enchaîné a livré quelques confidences sur l'affaire Fillon.

Marie Guerrier
Marie Guerrier
À la pêche aux affaires et au goujon dans la Sarthe
05:28
À la pêche aux affaires et au goujon dans la Sarthe
05:33
Marie Guerrier & La rédaction numérique de RTL

Dans les Alpes Mancelles, du côté de Saint-Léonard-des-Bois, on pêche l'ablette et le goujon dans une rivière qui y serpente : "c'est formidable" s'exclame Alain Guédé, un journaliste du Canard Enchainé. Il est un des membres de l'équipe des journalistes qui ont révélé l'affaire Fillon dans les pages du journal satirique.  Mais, c'est aussi un régional de l'étape dans ce coin de la Sarthe.

Il confie au journal local, Les Alpes Mancelles, qu'il vient régulièrement s'y ressourcer. La pêche au goujon le fascine, il sait qu'il suffit de remuer la vase pour qu'il morde, et il s'amuse : "C’est avec François Fillon que la pêche a été bonne. C’était vraiment un calendrier de l’avent. Chaque jour, on soulevait le petit carré de papier et on trouvait !" "C’est parfois un peu vexant d’entendre parler d’un cabinet noir", ajoute-t-il, "les balances qui fournissent des dossiers clé en main au Canard, c’est finalement peu fréquent".

Au Canard, on ne piétine pas un homme à terre

Alain Guédé, journaliste au Canard enchaîné

 "On est parti de ses déclarations de patrimoine", explique-t-il. C’est à Angers que l’équipe du Canard pioche les meilleures preuves de ce qu’elle a constaté sur des documents administratifs en libre accès. L’appel à l'ancienne attachée parlementaire de François Fillon devenue maire adjointe à Angers est décisif. "Elle nous a répondu en toute bonne foi...", raconte Alain Guédé.

Cette affaire a également été pour le journaliste sarthois l'occasion de retrouver des amis d'enfance : "J’avais pas mal de copains des 24 Heures du Mans qui me disaient qu’il y avait quelque chose à gratter", et il rigole : "C’étaient de drôles de retrouvailles". Il rapporte aussi les insultes, les menaces reçus au journal et puis il confie : "sur François Fillon, on en a encore sous le pied. Mais au Canard, on ne piétine pas un homme à terre".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/