1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La ministre de la santé dénonce une pétition sur les dangers de la vaccination
2 min de lecture

La ministre de la santé dénonce une pétition sur les dangers de la vaccination

La pétition affirme qu'un des vaccins DP-Polio contient des substances "dangereuses", voire "très dangereuse", ce que contestent les experts.

La ministre de la Santé Marisol Touraine le 5 mai 2015.
La ministre de la Santé Marisol Touraine le 5 mai 2015.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La ministre de la santé, Marisol Touraine, a vivement critiqué vendredi une pétition lancée par un médecin sur les dangers de la vaccination, et qui a déjà recueilli près de 500.000 signatures sur internet. En marge de la visite d'un centre Tabac Info Service à Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine), la ministre a rétorqué que "la vaccination ne se discute pas" même si on pouvait souhaiter "la transparence" sur la composition des produits.

La polémique vient en fait de la pénurie de vaccins DT-Polio. En France, la vaccination est obligatoire contre la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos. Le vaccin combiné luttant contre ces trois maladies, le DTP, n'est plus commercialisé en France depuis 2008 à cause de risques allergiques. 

À la place, les patients se tournent donc vers d'autres vaccins combinés protégeant contre des maladies supplémentaires, ce que dénonce entre autres le professeur Joyeux : les tetravalents (DTP + coqueluche), pentavalents (DTP + coqueluche + haemophilus influenzae de type B), ou hexavalents (DTP + coqueluche + haemophilus influenzae de type B + hépatite B).  

Un médecin controversé, "contre la pilule, contre l'avortement"

"La campagne est menée par un médecin qui s'est déclaré contre la pilule, contre l'avortement, qui a pris des positions rétrogrades sur toute une série de sujets", a souligné Marisol Touraine pour décrédibiliser l'initiative du professeur Joyeux. 

À écouter aussi

Ce médecin, cancérologue et ex-président de l'association Familles de France, dirige aujourd'hui un Institut pour la protection de la santé naturelle basé à Bruxelles. Au delà des vaccins, il a également dénoncé dans le passé les dangers de la pilule et tenu des propos contestés sur la nutrition. 

La pénurie devrait se prolonger jusqu'à la fin de l'année

Selon l'agence du médicament ANSM, des difficultés d'approvisionnement touchent depuis plusieurs mois le vaccin contre la tuberculose (BCG) ainsi que les vaccins tétravalent (DTPolio + coqueluche) et pentavalent, à la suite d'une épidémie de coqueluche qui a fait augmenter la demande mondiale

Cette pénurie devrait se prolonger jusqu'à la fin de l'année, selon l'ANSM, qui souligne qu'elle ne concerne pas l'Infanrix Hexa (DTpolio + coqueluche + haemophilius influenzae + hépatite B), préconisé dans la vaccination du nourrisson et inoculé à 2, 4 et 11 mois. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/