1 min de lecture Hadopi

La Hadopi craint une "asphyxie budgétaire"

La présidente de l'autorité anti-piratage dénonce l'"asphyxie budgétaire" dont risque d'être victime la Hadopi si l'État ne prévoit pas 1,5 millions d'euros supplémentaires.

Un internaute consulte une page de la Hadopi, le 28 septembre 2010 (archives)
Un internaute consulte une page de la Hadopi, le 28 septembre 2010 (archives) Crédit : AFP / THOMAS COEX
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Au lieu des 6 millions d'euros prévus pour 2015, la présidente de la Hadopi réclame une dotation publique de 7,5 millions d'euros, sans quoi la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet devra faire "moins et moins bien".

Marie-Françoise Marais a présenté le 4ème rapport d'activité de la Haute autorité, ce mardi 28 octobre. L'Hadopi emploie 60 personnes, avec une masse salariale en 2015 de 4,7 millions d'euros. Elle dispose cependant d'une trésorerie de 3,1 millions d'euros.

En 2013, le gouvernement avait divisé par deux sa dotation publique, ramenée de 12 millions en 2011 à 6 millions (dont 5,5 millions effectivement versés) en 2014. Pour 2015, le gouvernement a décidé de maintenir ce niveau.

Nous n'aurons plus les moyens de notre activité.

Mireille Imbert-Quaretta, présidente de la commission des droits de la Hadopi
Partager la citation

L'Autorité a failli disparaître l'an dernier, quand la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a annoncé son intention de la supprimer en transférant ses missions au CSA, le Conseil supérieur de l'audiovisuel. Depuis, ce projet est oublié : la nouvelle ministre Fleur Pellerin a reconnu il y a deux semaines que la Hadopi pourrait participer à l'établissement de "listes noires" de sites illégaux.

3,7 millions d'avertissements envoyés

À lire aussi
Un internaute consulte une page de la Hadopi, le 28 septembre 2010 (archives) société
Piratage : Hadopi a rapporté 87.000 euros, pour un coût de 82 millions d'euros

"Nous sommes reconnus, mais nous allons mourir guéris", a lancé la présidente de la commission des droits de la Hadopi, Mireille Imbert-Quaretta, "car nous n'aurons plus les moyens de notre activité".

L'Hadopi a pour mission principale de donner une "réponse graduée" au piratage : depuis sa création en 2010, elle a envoyé 3,7 millions de courriels d'avertissement, suivis de 300.000 courriers recommandés en guise de deuxième avertissement, puis au final 159 dossiers ont été transmis au procureur de la République, 36 décisions de justice ont été rendues dont 19 condamnations.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hadopi Piratage Budget
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants