2 min de lecture Crime

L'affaire Pauline Dubuisson

REPLAY - Retour sur une affaire de crime passionnel qui défraya la chronique française de l'après-guerre : le meurtre de son amant par Pauline Dubuisson. Un fait divers dans une France tourmentée.

L'Heure du Crime - Pradel L'heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
L'intégrale : L'affaire Pauline Dubuisson Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Margaux Agnès

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

Jacques Pradel
Jacques Pradel Crédit : Elodie Grégoire

L'édito de Jacques Pradel

A la une de l’heure du crime, la vie tragique et méconnue de Pauline Dubuisson, condamnée à perpétuité en 1953, pour un crime passionnel.
Le samedi 17 mars 1951, Pauline Dubuisson, étudiante à la faculté de médecine de Lille, se rend rue de la Croix-Nivert à Paris, chez son ex-fiancé, Félix Bailly, lui aussi étudiant en médecine. Il avait décidé de rompre. Elle dira qu’elle voulait se suicider sous ses yeux. A peine entrée dans l’appartement du jeune homme, elle tire sur lui trois coups de revolver. Il meurt sur le coup. Puis elle retourne l’arme contre elle. Mais le revolver s’enraye. Alors elle va dans la cuisine et arrache le tuyau de gaz. Mais les policiers, alertés par des voisins, arrivent très rapidement sur place et lui sauvent la vie.
Son avocat, M° René Floriot lui avait dit : " Le crime passionnel est le seul crime qui se pardonne ". Pourtant, cette jeune femme de 26 ans a été condamnée à la prison à vie, après un procès qui ne lui laissait aucune chance d’obtenir des circonstances atténuantes.
Mon invité, l’écrivain Philippe Jaenada, fasciné par le personnage de Pauline, a mené l’enquête pour rétablir la vérité et tailler en pièces tous les mensonges qui ont été publiés sur ce qui demeure un des plus grands fait-divers de l’après-guerre.

Pauline Dubuisson, coupable et victime ?

Cinq ans après sa condamnation, celle que l'on surnommait "la ravageuse" est libérée pour bonne conduite. Pauline Dubuisson rentre alors dans l’anonymat en se faisant appeler Andrée. 
Mais en 1961, elle est rattrapée par son passé, avec le film du cinéaste Henri-Georges Clouzot, La vérité, qui s’inspire de son histoire. Brigitte Bardot y incarne une meurtrière machiavélique et égocentrique. 
Pauline Dubuisson décide alors de quitter la France pour le Maroc en 1962. Elle trouve un poste d’interne à l’hôpital de Mogador (aujourd'hui Essaouira), puis tombe amoureuse d’un homme qui veut l’épouser. Le destin semble enfin sourire à Pauline Dubuisson. Mais la fin de sa vie sera des plus tragiques…

À lire aussi
Des policiers du Raid (illustration) l'heure du crime
La véritable histoire du Raid

Nos invités

Philippe Jaenada, écrivain, auteur du livre La petite femelle (Editions Julliard), paru le 24 août 2015.

La petite femelle de Philippe Jaenada
La petite femelle de Philippe Jaenada
Lire la suite
Crime
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants