4 min de lecture Environnement

Journée mondiale de l'environnement : 6 idées reçues mais bien ancrées

ÉCLAIRAGE - Pour la journée mondiale de l'environnement ce mercredi 5 juin, nous revenons sur 6 idées reçues bien ancrées et vous proposons les bons réflexes à adopter.

Voici quatre gestes simple pour être écolo au quotidien
Voici quatre gestes simple pour être écolo au quotidien Crédit : iStock / Getty Images Plus
Claire Riobé

Le diesel pollue-t-il vraiment ? Faut-il privilégier les vêtements en coton ? Et utiliser du papier, ou du bambou, favorise-t-il la déforestation ?

En matière d'écologie, nous avons tous nos petites habitudes et nos idées reçues, bien ancrées. Plein de bonne volonté, nous faisons notre possible pour protéger la planète, réduire notre emprunte écologique, polluer moins... Mais l'écologie, ce n'est pas tout blanc ou tout noir, et la réalité est souvient plus complexe que nous le pensons. De nombreuses idées fausses circulent et il est parfois bien difficile de démêler le faux du vrai.

En cette journée mondiale de l'environnement, nous revenons avec vous sur 6 idées reçues sur l'environnement, et vous proposons les bons réflexes à adopter. 

1. "Le diesel pollue globalement moins que l'essence"

En réalité, le diesel et l'essence ne sont pas responsables du même type de pollution. Les voitures diesel consomment moins que les moteurs à essence, et rejettent donc moins de CO2 dans l'atmosphère. Pourtant, les voitures diesel rejettent plus de dioxyde d'azote (NOx), dans l'air, ce qui accroît l'effet de serre et favorise les pluies acides.

À lire aussi
Un ours brun (illustration) environnement
Roumanie : le pays en colère après la mort d'un ours percuté sur la route

La combustion du diesel est également responsable des émissions de particules fines cancérigènes, qui ont ainsi un effet extrêmement néfaste sur notre santé.  

2. "Les vêtements en coton sont écolo"

Nous pensons souvent que le coton est écolo car "naturel". Pourtant, la culture du coton est la 3ème activité la plus consommatrice d’eau d’irrigation de la planète, après le riz et le blé : il faut en moyenne entre 7.000 et 29.000 litres d'eau pour produire 1 kg de coton ! Et ce n'est pas tout : la culture du coton nécessite la surconsommation de pesticides et d'engrais, engendrant une grande pollution des sols.

Les labels de coton "bio" s'intéressent à cette étape de culture du coton. Mais une fois le coton récolté, il rejoint généralement les mêmes centres de transformation que les autres textiles. et subira des traitements et colorations contenant des métaux lourds. La solution ?Privilégier des textiles tels que le lin ou le chanvre. 

3. "Utiliser du papier favorise la déforestation des forêts"

Aujourd’hui, le problème de la déforestation touche majoritairement les forêts tropicales. Or, bien que les causes de déforestations soient  nombreuses et variables, c'est en réalité l'extension agricole qui en est la cause principale, et de très loin. Les réseaux routiers, les feux de forêts et l'activité minière sont également communément admis comme de grands facteurs de déforestation.

En France, la surface forestière n'est pas en recul. Selon l'institut national de l'information géographique et forestière, elle croît au contraire de 0,7% chaque année et couvrait, en 2018, 35% du territoire national. Par ailleurs, 93% du bois utilisés pour la fabrication de papier proviennent de forêts locales, ou de celles de pays européens voisins.

Parmi ce bois, 70% vient de  coupes d'éclaircies, qui aident la forêt à se développer durablement.  Et contrairement à une idée répandue, l'industrie papetière ne contribue pas  à la déforestation mais participe au contraire à la gestion durable des forêts. 

4. "Il faut privilégier le bicarbonate de soude au dentifrice"

Utilisé depuis l'Égypte ancienne, le bicarbonate de soude séduit : il est bio-dégradable, économique et multi-usage. Fini les tubes de dentifrice chers et polluants ! Eh oui, mais si le bicarbonate peut effectivement être utile à petite dose (une fois par semaine maximum), il  est cependant constitué de particules abrasives.

Ainsi, utilisé trop souvent, le bicarbonate peut d'éliminer l’email des dents de manière irréversible. Il ne peut donc pas représenter une alternative recommandable à grande échelle.

5. "Le bambou...LA solution écologique ?"

Assiettes, couverts, brosses à dents... le bambou subit un vrai engouement depuis quelques temps. Malheureusement, le succès du bambou est incompatible avec sa gestion, et la plante n'échappe pas à la déforestation. La production massive de produits en bambou participe ainsi à la déforestation en Asie.

De plus, on utilise souvent les jeunes pousses afin d'en extraire plus facilement les fibres. En effet, l'extraction des fibres est difficile lorsque le plant est âgé. Ainsi, les produits en fibre de bambou véritable sont issus de cultures souvent peu respectueuses de l'environnement en termes d'exploitation agricole.

6. "Il vaut mieux acheter un sapin de Noël synthétique"

Détrompez-vous, acheter un sapin de Noël synthétique est loin d'être écologique. Alors que la sapin naturel stocke le CO2 quelques années, et est biodégradable, le sapin synthétique est constitué de matière plastique, à base de pétrole non-renouvelable et de métaux. 

Et ce n'est pas tout : pour arriver jusqu’à votre maison, ces sapins synthétiques doivent traverser l'Asie puis l'Europe, étant généralement produits en Chine. Ils sont donc très polluants. Pour qu’il soit vraiment écologique, le sapin synthétique devrait donc être gardé chez soi au moins 20 ans, selon une étude du cabinet de conseil canadien Ellipsos.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Société Écologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants