1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. J.K. Rowling révèle avoir "survécu à des violences conjugales et des agressions sexuelles"
2 min de lecture

J.K. Rowling révèle avoir "survécu à des violences conjugales et des agressions sexuelles"

VU DANS LA PRESSE - L'autrice de la saga "Harry Potter" a révélé, dans un billet de blog, avoir été victime de violences conjugales. Elle est au cœur d'une polémique après des tweets transphobes.

L'écrivaine britannique J.K Rowling, autrice de la saga "Harry Potter"
L'écrivaine britannique J.K Rowling, autrice de la saga "Harry Potter"
Crédit : CARL COURT / AFP
Camille Sarazin

L'autrice de la saga à succès Harry Potter est au cœur d'une polémique après une série de tweets ouvertement transphobes. "J'ai un passé complexe", s'est justifiée J.K. Rowling dans un billet de blog.

L'écrivaine y révèle avoir subi des violences conjugales et des agressions sexuelles. "Je suis sous les projecteurs depuis plus de vingt ans maintenant, et je n'ai jamais parlé publiquement du fait d'avoir moi-même survécu à des violences conjugales et des agressions sexuelles", a-t-elle écrit mercredi 10 juin, rapporte Le Parisien.

"Ce n'est pas parce que j'ai honte que ces choses me sont arrivées, mais parce qu'il est traumatisant de revenir dessus et de se souvenir. Je suis aussi soucieuse de protéger ma fille issue de mon premier mariage", explique-t-elle. C'est ce premier mariage qu'elle décrit comme "violent". J.K. Rowling s'est ensuite remariée en 2001 avec "un homme vraiment bon", selon ses dires, le médecin écossais Neil Murray. 

"Les femmes trans sont des femmes"

Ces révélations suffiront-elles à apaiser l'hostilité à son encontre ? Déjà soupçonnée d'avoir des opinions transphobes, J.K. Rowling a effacé tout doute, ce week-end, avec une série de tweets très critiqués. Ils sont toujours en ligne. 

À lire aussi

La romancière a d'abord partagé un article, dont le titre faisait référence aux "personnes qui ont leurs règles". "Je suis sûre qu'on devait avoir un mot pour ces gens. Que quelqu'un m'aide. Feum ? Famme ? Feemm ?", a-t-elle commenté, suggérant que la féminité est liée au fait d'avoir ses règles ou non. Or, les internautes lui ont rappelé que certaines femmes n'ont pas de règles, tandis que des hommes transgenres peuvent en avoir. L'écrivaine a ensuite clarifié ses propos dans d'autres tweets, s'attirant encore plus les foudres de ses fans. 

L'interprète d'Harry Potter sur grand écran, Daniel Radcliffe, s'en est même mêlé : "Les femmes trans sont des femmes. Tout propos affirmant le contraire efface l'identité et la dignité des personnes transgenres", a-t-il rappelé. "Les personnes trans sont ce qu'elles disent être et méritent de vivre leur vie sans être questionnées en permanence", a ajouté Emma Watson, qui joue Hermione dans la série de films.

Finalement, l'écrivaine, sans faire marche arrière, a tenté de se montrer plus compréhensive. "Je pense que la majorité des personnes s'identifiant comme trans non seulement ne constituent aucune menace pour les autres, mais sont vulnérables", a-t-elle écrit mercredi. "Elles ont besoin d'être protégées et le méritent."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/