1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. INVITÉE RTL - Énergies fossiles : le gouvernement "met la charrue avant les bœufs", selon l'association Familles rurales
2 min de lecture

INVITÉE RTL - Énergies fossiles : le gouvernement "met la charrue avant les bœufs", selon l'association Familles rurales

Alors que des réglementations énergétiques vont entrer en vigueur dès le 1er juillet, Nadia Ziane regrette "un problème de temporalité avec l'explosion de l'inflation". Elle plaide pour un "zéro reste à charge".

Image d'illustration - Travaux d'isolation
Image d'illustration - Travaux d'isolation
INVITÉE - Énergies fossiles : le gouvernement "met la charrue avant les boeufs", selon une responsable de Familles rurales
00:07:20
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier - édité par Sandra Cazenave

À la veille du premier tour des législatives, l'association Familles rurales lance un cri d'alarme sur le pouvoir d'achat et les dépenses énergétiques. Le cri d'alarme, c'est maintenant... Mais cela concerne une crainte pour l'hiver prochain, où nombre de Français ne pourront pas assumer la hausse du prix de l'énergie. 

"Notre cri d'alarme est lié aux réglementations qui vont entrer en vigueur dès le 1er juillet et vont concerner 3 millions de personnes qui se chauffent au fioul", explique Nadia Ziane, directrice du département consommation à l'association Familles rurales. Elle a envoyé un courrier à la Première ministre Élisabeth Borne à ce sujet. Sans remettre en cause la fin aux énergies fossiles, Nadia Ziane regrette "un problème de temporalité avec l'explosion de l'inflation".

"Au lieu de dépenser entre 1.000 et 2.000 euros pour changer une chaudière au fioul, on va potentiellement avoir à dépenser jusqu'à 25.000 euros pour revoir tout son système de chauffage", cite-t-elle. Même s'il y a des aides du gouvernement, elle explique que "le reste à charge est de 38,6% en moyenne pour les catégories les plus précaires". L'association plaide alors pour un "zéro reste à charge"

66% des Français concernés

En premier lieu, c'est le milieu rural qui va être visé par les nouvelles réglementations, car c'est là où se trouvent les passoires énergétiques, tout comme les énergies fossiles. "Mais cela concerne 66% des Français", insiste la directrice.

À lire aussi

Selon elle, le gouvernement "met la charrue avant les bœufs" en s'attaquant à la fin des énergies fossiles alors que l'isolation des logements n'est pas évoquée. "Le problème c'est que 25% des travaux de rénovation entrepris ne servent à rien, il n'y a aucun gain énergétique", déplore Nadia Ziane. L'association réclame alors un plan "censé, logique et cohérent" s'attaquant "d'abord à la rénovation globale des passoires énergétiques". 

De même, la directrice trouve que les aides mises en place par le gouvernement pour combattre l'inflation (bouclier tarifaire, chèque alimentaire...) sont "inéquitables". "Le fioul, pas concerné par le bouclier tarifaire, a pris 133% en un peu plus d'un an", assène Nadia Ziane. De même, elle juge que peu d'alternatives sont proposées : le gaz "dont la fin est programmée" ou le bois "qui va être concerné par un certain nombre de restrictions". 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/