1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. INVITÉ RTL - Refus d'obtempérer : "Chaque policier aimerait ne pas avoir à utiliser son arme", assure l'un d'eux
2 min de lecture

INVITÉ RTL - Refus d'obtempérer : "Chaque policier aimerait ne pas avoir à utiliser son arme", assure l'un d'eux

Abdoulaye Kanté nous raconte, de l'intérieur, comment ses collègues doivent évaluer une situation de danger "en une fraction de seconde".

Abdoulaye Kanté
Abdoulaye Kanté
Crédit : RTL
Abdoulaye Kanté est l'invité RTL de ce mercredi 8 juin
00:07:59
Abdoulaye Kanté est l'invité RTL de ce mercredi 8 juin
00:07:59
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

"Le policier ne sort pas son arme comme ça, à tout-va, comme des cowboys". Le policier Abdoulaye Kanté, auteur de Policier, enfant de la République chez Fayard est revenu au micro de RTL sur la polémique qui agite la classe politique depuis quelques jours après la mort d'une femme à Paris à la suite d'un refus d'obtempérer. 
L'enquête devra déterminer les circonstances exactes qui ont mené les forces de l'ordre à faire usage de leur arme de service lorsqu'ils ont voulu procéder au contrôle d'un conducteur. La voiture était-elle arrêtée ? Le conducteur a-t-il foncé sur les policiers les autorisant ainsi à agir en légitime défense ? Pourquoi est-ce la passagère qui a été touchée ? Les magistrats devront répondre à ces questions. 

"Quand le policier fait usage de son arme, c'est cadré. C'est dans le cadre de la légitime défense, l'article 122-5 du code pénal et l'article L435-1 du code de la sécurité intérieure", a rappelé Abdoulaye Kanté. (...) Le juge qui a été nommé va essayer de trouver d'autres éléments - témoignages ou exploitation de vidéos - pour confirmer cette légitime défense".

Un "grand fossé" entre l'école de police et la réalité

"On nous forme. Il y a des gestions de stress. On nous forme à l'utilisation de l'arme. Mais entre ce qu'il se passe en école de police et la réalité, il y a un grand fossé. C'est très difficile, il y a une appréhension, du stress... On essaie de voir comment le policier peut réagir face aux menaces qui peuvent venir de toutes parts. C'est ça qu'on essaye de nous apprendre", relate le policier qui fait remarquer que ses collègues n'ont souvent qu'une fraction de seconde pour jauger une situation.

Abdoulaye Kanté raconte aussi qu'il lui est déjà arrivé de devoir sortir son arme mais qu'il n'a jamais fait feu. "Je peux vous dire que chaque policier à l'heure où je vous parle aimerait ne pas avoir à utiliser son arme", assure-t-il. 

Des contestations politiques "insultantes"

À écouter aussi

La contestation politique de cette interpellation dramatique, par Jean-Luc Mélenchon ("La police tue. La peine de mort pour refus d'obtempérer") ou Ségolène Royal ("Assassinat". "La femme tuée à bout portant"), Abdoulaye Kanté ne la cautionne pas. "C'est quelque chose de très difficile à entendre, la police c'est 10 millions d'interventions par an.8.500 par jour et une toutes les 10 secondes. Quand vous dites ces propos, c'est insultant. Vous crachez sur ceux qui assurent la sécurité des citoyens au quotidien. Venant de personnalités politiques, je trouve ça dangereux", juge-t-il. "Si on veut installer un débat pour réformer la police et trouver des solutions, on ne passera jamais par la radicalité", prévient le policier. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.