1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. INVITÉ RTL - Guerre en Ukraine : la France doit avoir "l’arme alimentaire", affirme Édouard Bergeon
2 min de lecture

INVITÉ RTL - Guerre en Ukraine : la France doit avoir "l’arme alimentaire", affirme Édouard Bergeon

Le Journal Inattendu était en direct du Salon de l’Agriculture ce samedi 5 mars pour une édition spéciale. Quel impact la guerre en Ukraine va-t-elle avoir sur le quotidien des Français, sur nos besoins vitaux ?

Le journaliste et réalisateur Édouard Bergeon, au Salon de l'agriculture, le 5 mars 2022.
Le journaliste et réalisateur Édouard Bergeon, au Salon de l'agriculture, le 5 mars 2022.
Crédit : RTL
Le Journal Inattendu du 05 mars 2022
00:44:57
Ophélie Meunier

La guerre en Ukraine se poursuit et a des conséquences sur plusieurs productions, notamment celle du blé. La Russie et l'Ukraine assurent en effet 29% des exportations mondiales de blé. De graves perturbations de la production et des exportations risquent d'entraîner une hausse des prix des denrées alimentaires qui sont déjà à un niveau record, selon le Programme alimentaire mondial.

Quel impact cette guerre en Ukraine va-t-elle avoir sur le quotidien des Français, sur nos besoins vitaux ? Des réponses ont été apportées par les invités de ce Journal Inattendu délocalisé au Salon de l'Agriculture : Édouard Bergeon, réalisateur et créateur de la chaîne aunomdelaterre.tv, Céline Imart, agricultrice et administratrice de l’interprofession des céréaliers et Éric Heyer, économiste et directeur à l’OFCE.


L’enjeu aujourd’hui pour la France face à la guerre en Ukraine c’est d’avoir l’arme alimentaire. Le réalisateur du film Au nom de la terre explique : "Au fur et à mesure que les Russes acquièrent des terres agricoles ils acquièrent le pouvoir de l’arme alimentaire. Le pouvoir de la faim est mondial. La Chine depuis plus d’un an fait des stocks, c’est Gargantua la Chine". Ce que Vladimir Poutine a aussi compris, et qu’il a mis en place depuis des années.

"Redonner envie aux citoyens de manger français"

Alors aujourd’hui, en France, "il y a une réelle nécessité de reproduire à la maison, de relocaliser notre industrie". L’objectif c’est l’autosuffisance, et les moyens c’est l’innovation et l’éducation. Il faut redonner envie aux citoyens de manger français : "On a un bulletin de vote 3 fois par jour", rappelle Édouard Bergeon.

À écouter aussi


Concernant les préoccupations des consommateurs, Éric Heyer explique qu’on ne risque pas d’avoir une hausse de prix majeure ou une pénurie, en revanche, il va tout de même falloir aider certains foyers déjà mis en difficulté par la crise du coronavirus : "Oui pour un quoi qu’il en coûte, mais extrêmement bien ciblé. Il ne faut pas refaire un chèque de 100 euros à 38 millions de ménages mais il vaut mieux faire un chèque de 300 euros à 1 million de ménages. Ça coutera à peu près le même prix", assure l'économiste.

Édouard Bergeon, Ophélie Meunier et Céline Imart.
Édouard Bergeon, Ophélie Meunier et Céline Imart.
Crédit : RTL
La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/