1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. INVITÉ RTL - Coronavirus : la dose de rappel "multiplie par dix les anticorps", explique le Pr Pialoux
1 min de lecture

INVITÉ RTL - Coronavirus : la dose de rappel "multiplie par dix les anticorps", explique le Pr Pialoux

L'infectiologue Gilles Pialoux rappelle que la 3e dose ou dose de rappel "multiplie au moins par dix les anticorps (...) en quelques jours".

Le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon.
Le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Tenon.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Gilles Pialoux est l'invité de RTL Soir du 19 novembre 2021
09:27
Gilles Pialoux est l'invité de RTL Soir du 19 novembre 2021
09:27
Julien Sellier - édité par William Vuillez

Face à la résurgence de l'épidémie de Covid-19, doit-on aller vers une troisième dose de vaccin pour tous ? "Le niveau de vaccination qui est exceptionnel en France, il faut le rappeler, n'est malheureusement pas suffisant", explique ce vendredi 19 novembre sur RTL Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de Tenon à Paris. "On passera par une 3e dose, qui est un rappel", a-t-il précisé. 

La nouvelle vague de l'épidémie "est une dimension totalement différente de ce qu'on a connu jusqu'à maintenant. Le seuil de tolérance de l'hôpital public est beaucoup plus bas", dit-il. Cette 3e dose pour tous, d'après Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, booste les défenses comme jamais. Selon Gilles Pialoux, "on l'a vu dans les études, ça multiplie au moins par dix le taux d'anticorps qui neutralisent le virus. Et c'est très rapide, là on observe en quelques jours une augmentation de ces anticorps". 

Face à la hausse des cas en France, on s'interroge quant à la vaccination des 5-11 ans. Certains pays vaccinent déjà cette tranche de la population avec des dosages adaptés. "On ne peut pas fixer comme une priorité la vaccination des moins de 12 ans. On a besoin du maximum d'éléments de sécurité. Il faut continuer à maintenir du dépistage, des mesures barrières qu'on peut faire en milieu scolaire", explique l'infectiologue.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/