1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Île-de-France : une centaine de travailleurs sans-papiers se mettent en grève
2 min de lecture

Île-de-France : une centaine de travailleurs sans-papiers se mettent en grève

Ces travailleurs sans-papiers dénoncent la future loi "asile et immigration" qui doit pénaliser le travail sous une autre identité. Face à cela, ils réclament une régularisation.

Des travailleurs sans-papiers en 2010 lors d'une manifestation (illustration)
Des travailleurs sans-papiers en 2010 lors d'une manifestation (illustration)
Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
Île-de-France : une centaine de travailleurs sans-papiers se mettent en grève
00:01:09
Sina Mir & Claire Gaveau

La révolte des invisibles. Une centaine de travailleurs sans-papiers ont décidé de faire entendre leur voix ce lundi 12 février dans six entreprises d'Île-de-France. Avec le soutien de la CGT, ils ont entamé une grève pour exiger leur régularisation alors que le projet de loi "asile et immigration" va durcir le système. "Puisqu’aujourd’hui le gouvernement veut revenir sur les acquis arrachés depuis 2006-2007 qui reconnaissent les bulletins de paie de ces travailleurs (…) Les travailleurs sans-papiers de ces six entreprises n’ont pas d’autres choix que de se mettre en grève pour exiger leur régularisation maintenant", écrit le syndicat dans un tract.

Installés depuis plusieurs années en France, ils sont pour la majorité intérimaires. Que ce soit dans la distribution express de colis, la logistique de transport, la collecte des ordures, l'industrie alimentaire ou encore le BTP, ils ont pris possession des lieux pour alerter sur leurs conditions de vie.

C'est le cas à Chronopost, dans l'usine de Chilly-Mazarin. "On vit ici, on travaille ici, on reste ici". Tel est le mot d'ordre chez la vingtaine de travailleurs sans-papiers réunis dans la petite salle de repos. "Tout le monde se plaint ici à cause des fiches de paie", critique l'un d'eux.

Ils nous exploitent, c'est tout

Robert, travailleur sans-papiers à GLS

Le constat est le même à Roissy, à GLS, où de jeunes intérimaires sénégalais, maliens ou ivoiriens sont employés à chaque fois par un sous-traitant peu scrupuleux. C'est le cas de Robert. "Quand vous parlez de régularisation, on vous dit de vous casser. Vous ne pouvez pas vous plaindre car, en plus, vous êtes en situation irrégulière. On est le maillon faible. Ils nous exploitent, c'est tout", déplore-t-il.

La CGT dénonce le tri des migrants

À écouter aussi

Pour travailler ici, ces sans-papiers ont souvent emprunté les documents d'un ami ou d'un proche déjà présent en France. Mais après deux ans de travail, ils pourraient être régularisés via la circulaire Valls sur les travailleurs étrangers si les employeurs délivraient les attestations nécessaires.

Face à cette situation, la CGT a directement interpellé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, pour dénoncer le tri des migrants qui accompagne la future loi "asile et immigration". Invité de l'émission Questions politiques dimanche 11 février, Gérard Collomb a déclaré que la France ne pouvait pas "faire de manière exponentielle un accueil vis-à-vis de tout le monde, comme un certain nombre de gens le voudraient". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/