2 min de lecture José bové

Millau : il y a 20 ans, José Bové et d'autres agriculteurs démontaient le McDonald's

RÉCIT - Le 12 août 1999, 300 personnes dont celui qui était alors le porte-parole de la Confédération paysanne démontaient le McDonald's en construction à Millau (Aveyron). Un acte fondateur du mouvement altermondialiste.

José Bové à son arrivée au palais de justice de Millau, où il comparaissait pour cette affaire, le 30 juin 2000.
José Bové à son arrivée au palais de justice de Millau, où il comparaissait pour cette affaire, le 30 juin 2000. Crédit : PASCAL PAVANI / AFP
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
et Léa Stassinet

Il y a 20 ans, dans le journal de 18 heures sur RTL, Bernard Lehut évoque ce qu'il vient de se passer : "À Millau, dans l'Aveyron, les agriculteurs ont saccagé le chantier d'un McDonald's en construction lors d'une manifestation". 

Quelques jours plus tôt, fin juillet 1999, une poignée d'irréductibles paysans du Larzac ou néo-ruraux, membres de la Confédération paysanne ou du Syndicat des producteurs de lait de brebis (SPLB), veulent mener une action forte pour protester contre la décision de Washington de surtaxer le Roquefort, fromage emblématique de la région. 

Le 12 août au matin, 300 personnes - des éleveurs, paysans, militants de la "Conf", amis ou syndicalistes - se retrouvent sur le chantier du McDonald's de Millau. Sur une estrade improvisée, le porte-parole de la Confédération paysanne, José Bové, prononce un discours qui va "inventer" le combat contre "la malbouffe", un terme emprunté au scientifique français Joël de Rosnay. "McDo est le symbole de ces multinationales qui veulent nous faire bouffer de la merde et qui veulent faire crever les paysans", lance alors le militant à la moustache. 

À l'époque, Julien Bayou a 20 ans. Aujourd'hui, il est le porte-parole d'Europe Écologie - Les Verts et reste admiratif devant le geste de José Bové et ses amis : "J'ai trouvé déjà très fort qu'avec un geste finalement assez simple, il amène l'ensemble de la population à se dire : 'C'est quoi le problème ? Ce paysan moustachu, c'est vraiment lui le danger pour l'État ? Où est-ce que c'est cette multinationale qui ne paie pas ses impôts et qui introduit de la malbouffe en concurrençant les restaurants ?'".

Un "acte de désobéissance civile" pour Bayou

À lire aussi
Laurent Gerra humour
Le meilleur de Laurent Gerra avec Columbo et José Bové

Julien Bayou considère qu'il s'agit d'un acte de désobéissance civile, c'est-à-dire d'un acte illégal assumé à visage découvert sans violence contre des personnes, le seul moyen selon lui de faire bouger les choses. "Quand on regarde ces deux derniers siècles, il n'y a pas une seule victoire sociale, écolo ou pour les droits des femmes qui n'a pas été obtenue sans la désobéissance civile", estime-t-il. 

Aujourd'hui, les militants pour le climat décrochent partout en France des portraits d'Emmanuel Macron dans les mairies pour dénoncer son inaction. Ils sont systématiquement poursuivis par la justice mais aucun n'est encore allé en prison, contrairement à José Bové. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
José bové McDonald's Agriculture
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants