1 min de lecture Réseaux sociaux

Harcèlement en ligne : faut-il confisquer le téléphone des adolescents-harceleurs ?

INVITÉE RTL - Pour Justine Atlan, présidente de l’association e-enfance, confisquer le téléphone d'un adolescent qui se rend coupable d'harcèlement en ligne est une bonne solution. Mais qui doit prendre la mesure ?

micro generique 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Harcèlement en ligne : faut-il confisquer le téléphone des adolescents ? Crédit Image : POUZET/SIPA | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Maeliss Innocenti

Un adolescent amiénois de 13 ans s'est vu confisquer son téléphone portable par la justice après avoir proféré des propos racistes et homophobes ainsi que des menaces de mort sur les réseaux sociaux. Cette décision a été prise par le procureur d'Amiens avec l'accord des parents.

Justine Atlan, présidente de l’association e-enfance, invitée d'Yves Calvi sur RTL ce mercredi 5 mai, se demande si la justice devait prendre cette décision ou si un autre acteur chargé de l'éducation du jeune garçon n'aurait pas dû agir avant. Selon elle, cela pose "la question du rôle des parents et de l'établissement scolaire".

Sans blâmer les parents – qui ont peut-être déjà tenté de punir leur fils de cette façon – Justine Atlan estime que l'établissement scolaire aurait pu faire plus et aurait dû envisager cette sanction avant.

Une pédagogie derrière au moment de rendre le portable.

Justine Atlan, présidente de l’association e-enfance
Partager la citation

Selon elle, pouvoir confisquer un téléphone portable à un adolescent pourrait donner "plus de latitude aux établissements pour sévir face à ces agissements" en appliquant en plus "une pédagogie derrière au moment de rendre le portable". Alors que si c'est la justice qui prend cette décision, elle est définitive.

À lire aussi
société
Psychologie : comment transformer positivement nos échecs ?

Les établissements privés sont nombreux à inscrire cette sanction dans le règlement intérieur et Justine Atlan estime que les établissements publics devraient pouvoir le faire.
Dans le cas de cet adolescent amiénois, la présidente de l’association e-enfance regrette que la confiscation du téléphone par la justice ait été utilisée comme premier recours car, en plus, cela risque d'être inscrit dans son casier judiciaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Menaces Homophobie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants