1 min de lecture Handicap

Handicap : des droits "à vie" pour mettre fin à une "maltraitance psychologique"

INVITÉE RTL - La secrétaire d'État Sophie Cluzel a expliqué que désormais, les personnes dont le handicap n'est pas susceptible d'évoluer, n'auront plus à redemander un certificat médical tous les 5 ans.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Handicap : "Un certificat médical tous les 5 ans c'est de la maltraitance psychologique" Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière et Marie Sasin

Le deuxième Comité interministériel du Handicap se tient ce jeudi 25 octobre. Dix mesures ont été dévoilées ce matin par Édouard Philippe, comme l'attribution de droits à vie pour les personnes qui n'ont pas un handicap susceptible d'évoluer. Jusqu'ici, elles devaient régulièrement prouver leur handicap.

"La vie d'une personne handicapée est très compliquée. Quand vous avez un handicap de naissance ou un accident de la vie car 80% des handicaps sont acquis dans la vie, que ce handicap est avéré ne pas évoluer et que ce handicap a un retentissement important sur votre vie quotidienne, (...) ces personnes-là étaient obligés tous les 5 ans de faire un certificat médical, de prouver qu'ils étaient handicapés", a expliqué Sophie Cluzel, la secrétaire d'État aux Personnes handicapées. 

"C'est même de la maltraitance psychologique pour les personnes, ça les renvoie à leur situation de handicap en permanence, ça, ça va être fini", a-t-elle souligné.

Le décret est écrit

Ces droits entreront en vigueur le 1er janvier 2019. "Nous avons la chance que ce ne soit pas du législatif, c'est du réglementaire (...) Le décret est écrit, il est en cours de consultation". 

À lire aussi
Quaden Bayles et sa mère lors d'une interview à la télévision australienne en 2015. Réseaux sociaux
Harcèlement : pourquoi la vidéo du petit Quaden pose question

"J'avais une mère ce matin au téléphone qui me disait 'mon fils a eu un diagnostic d'autisme sévère, il est à 80%, arrêtez de me demander tous les 3 ans, tous les 4 ans, que mon fils est autiste, je le sais, aidez-moi plutôt à l'accompagner". "C'est choquant de le redemander à chaque fois", a estimé la secrétaire d'État. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Handicap Santé Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants