1 min de lecture Grève SNCF

Grève dans les transports : "Je ne pouvais plus respirer", dit une usagère sur RTL

REPORTAGE - À Paris, depuis maintenant une semaine de grève, prendre les transports est devenu un véritable enfer. Certains usagers sont traumatisés.

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Grève dans les transports : "Je ne pouvais plus respirer", témoigne une usagère Crédit Image : SIPA | Crédit Média : Vincent Serrano / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Vincent Serrano
édité par William Vuillez

Depuis maintenant une semaine, on assiste en Île-de-France, à des scènes surréalistes tous les matins et tous les soirs dans les transports en commun dont le trafic est fortement perturbé par la grève. Dans l'enfer de la Gare du Nord, ils sont 1.000, 2.000 personnes agglutinées sur les quais, qui attendent de pouvoir monter dans un train alors que le précédent n'est pas encore parti. 

"Je n'ai pas pu monter dans celui-là, je ne pourrais pas monter dans l'autre. Y'en a ras le bol", témoigne Blandine sur le quai. À côté d'elle, une autre dame est inquiète : "J'ai peur ! J'ai toujours peur de me faire pousser ou de me retrouver sur les rails. C'est inimaginable, il n'y a pas de mots, vous allez voir quand le train va arriver".

À l'arrivée du train, la scène est surréaliste : des cris, des bousculades... Samia, la main sur la bouche assiste à cette absurdité. "Je ne comprend pas. Les gens vont tenir encore combien de temps comme ça ? J'ai été étranglée par mon écharpe, je ne pouvais plus respirer. Les gens continuaient à pousser, piétiner. On est seul au monde. Je suis traumatisée", confie-t-elle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève SNCF Grève Réforme des retraites
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants