1 min de lecture Société

Violences conjugales : Luc Frémiot accuse le gouvernement de "surfer sur des sujets"

INVITÉ RTL - Luc Frémiot, ex-procureur de Douai, engagé dans la lutte contre les violences faites aux femmes réagit aux annonces du gouvernement à l'issue du Grenelle des violences conjugales.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
RTL Midi du 25 novembre 2019 Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Marie Zafimehy

Il se dit "très agréablement surpris", mais regrette quelques superficialités. Interrogé sur RTL au sujet des mesures annoncées par Édouard Philipe à l'issue du Grenelle des violences conjugales, l'ex-procureur de Douai Luc Frémiot s'est félicité de la création de centres d'accueil et d'hébergement pour auteurs de violences prévue par le gouvernement, mais reste dubitatif.

Le gouvernement souhaite inscrire "l'emprise psychologique" dans le Code pénal, mais selon le magistrat "ce n'est pas l'essentiel". "Je suis surpris qu'on soit obligé d'en arriver là, les violences psychologiques existent dans le Code pénal", explique-t-il, citant l'exemple du "harcèlement". 

Luc Frémiot insiste : "On est en train de surfer sur des sujets". Comme sur l'instauration d'une grille d'évaluation du danger qui sera distribuée dans les commissariats. Une superficialité : "Il faut que les services de police et gendarmerie fassent leur travail", explique simplement le magistrat. "Qu'ils changent de métier s'ils ne savent pas apprécier le danger".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Violences conjugales Droits des femmes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants