2 min de lecture Migrants

Gironde : une fonctionnaire escroquait les demandeurs de titre de séjour

Employée à la préfecture de la Gironde, une femme a été condamnée pour détournement de fonds. Elle aurait escroqué plusieurs étrangers demandeurs de titre de séjour.

La préfecture de la Gironde
La préfecture de la Gironde Crédit : Google Maps
Maxime Magnier

La supercherie aurait pu perdurer encore longtemps. Au printemps 2015, rapporte Sud-Ouest, une fonctionnaire du service de l’immigration et de l’intégration de la préfecture de la Gironde a été suspendue à la suite de sa mise en examen pour détournement de fonds.

C'est seulement quelques semaines plus tôt, lorsqu'un couple d'étrangers avait ouvertement fustigé la supercherie de l'hôtesse d'accueil, que les pratiques de cette dernière avaient été mises au jour. Elle aurait, à plusieurs reprises, demandé inutilement à des demandeurs de titres de séjour de lui verser à nouveau les fonds nécessaires au traitement de leur requête

Les étrangers en question étaient censés remettre un chèque à leur interlocutrice, qui se chargeait alors de coller et d'oblitérer des timbres fiscaux d'une valeur équivalente avant de consigner l'opération dans un registre. Ce sont justement des timbres de cette nature qui ont été retrouvés "dans une poche à l’intérieur" du bureau de la quinquagénaire, tel que le précise Sud-Ouest. L'accusée, elle, a expliqué que les documents "tombaient des chemises ou se décollaient subrepticement", comme indiqué par le quotidien.

Trois mois de prison avec sursis

Si "plusieurs dizaines de procédures bourrées d’anomalies" ont été examinées dans le cadre de l'affaire, la fraude n'a pas pu être démontrée pour une majorité d'entre elles. Et pour justifier de curieux dépôts en espèces, la fonctionnaire a avancé l'aide financière que lui apporte sa sœur ou la pension alimentaire de son ancien compagnon.

À lire aussi
Des migrants du Salvadore (illustration) Migrants
Hongrie : 44 migrants découverts dans un tunnel artisanal sous la frontière

"J’ai fait des bêtises", a reconnu l'hôtesse, tout en assurant n'avoir détourné que 340 euros. La procureure, Marianne Poinot, avance de son côté un montant culminant à 700 euros, puisque seuls six cas ont été retenus. "Effectivement, cette somme est ridicule mais c’est le comportement de cette fonctionnaire, chargée d’une mission de service public qui est choquant", estime la magistrate, qui avoue son sentiment que tout n'a pas été découvert.

Le dossier n'a toutefois pas été jugé suffisamment important par la préfecture pour qu'elle envoie un représentant à l'audience et se constitue partie civile, explique Sud-Ouest. L'avocat de l'accusée, Me Gabriel Noupoyo, insiste lui "sur ces malheureux timbres attachés par des trombones et un bout de scotch pour plaider la négligence ou au pire une tentation", dixit le journal régional. Le tribunal a finalement condamné la fonctionnaire à 3 mois de prison avec sursis et l'inscription de la condamnation sur le bulletin n°2 de son casier judiciaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Gironde Fonction publique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants