3 min de lecture France

Prix du gaz, APL, chômage... Ce qui change au 1er avril 2020

Comme chaque début de mois, le 1er avril apporte de nombreux changements dans le quotidien des Français. Parmi eux, une baisse de 4,4% des tarifs réglementés du gaz.

Gaz (illustration)
Gaz (illustration) Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Marie Gingault et AFP

À chaque début de mois son lot de nouveautés, et celui d'avril ne fait pas exception. Bien que la période soit particulière en raison du confinement, le mois d'avril démarrera par une bonne nouvelle : une nouvelle baisse des tarifs réglementés du gaz. 

Parmi les nouveautés sociales beaucoup de changements sont à prévoir également puisque que l'aide personnalisée au logement (APL) et l'allocation chômage se verront attribuer un nouveau mode de calcul dès le 1er avril prochain. 

Au vu de la crise sanitaire que traverse la France avec l'épidémie de coronavirus, le gouvernement à pris ses dispositions et a entre autre décidé de prolonger la période de trêve hivernale, qui devait initialement se terminer mardi 31 mars. 

Voici le détail de ce qui changera pour les Français dès ce mercredi 1er avril 2020.

Gaz

À lire aussi
Xavier Dupont de Ligonnès, auteur présumé d'un quintuple meurtre faits divers
Xavier Dupont de Ligonnès s'est-il suicidé ?

Les tarifs réglementés de vente du gaz fourni par Engie à des millions de Français, baisseront de 4,4% au 1er avril 2020. "Cette baisse est de 1,1 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2,5 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 4,6 % pour les foyers qui se chauffent au gaz", a détaillé la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dans un communiqué.

Une baisse qui intervient dans la continuité des mois précédents. Le régulateur précise que depuis le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie ont baissé de 22,2 %.

La loi énergie-climat adoptée à la fin de septembre prévoit l’arrêt progressif des tarifs réglementés de vente du gaz d'ici 2023. Engie a donc cessé de commercialiser de nouveaux contrats de ce type, mais continuera a appliquer ces tarifs aux Français qui en bénéficient déjà. À partir de 2023 il ne restera plus que des offres dites "de marché", aux prix fixés librement par les fournisseurs.

APL

L'Aide personnalisée au logement (APL) va connaître quelques modifications à partir du 1er avril prochain  Après une revalorisation de 0,3% début 2019, un nouveau mode de calcul va entrer en vigueur, ce qui aura un impact pour près de 6,5 millions de Français.

Jusqu'à maintenant, le droit et le montant de l'APL étaient calculés sur les revenus de l'année N-2. En 2019, ce sont les revenus de 2017 qui ont été pris en compte. En 2020, changement, l'APL sera calculée sur la base des revenus de l'année en cours, avec un nouveau calcul "tous les trimestres". 

L'objectif, pour le gouvernement, est de réaliser une économie de 1,2 milliard d'euros, ce qui signifie qu'1,2 million d'allocataires vont voir leurs aides diminuer et 600.000 actuels bénéficiaires pourraient être même totalement privés d'APL.

Allocation chômage

À compter de mercredi, le calcul du salaire journalier de référence (SJR) va être modifié. Le SJR, qui est la base du calcul des allocations chômage, est obtenu en divisant la somme des salaires bruts perçus, par le nombre de jours travaillés. À partir du 1er avril prochain, tous les jours seront pris en compte, même ceux non travaillés. Ainsi, les périodes d'inactivités seront prises en comptes dans le calcul, sauf dans le cas de congé maternité, d'accident du travail ou d'arrêt maladie de plus de quinze jours. 

Ce salaire journalier sera donc identique entre une personne ayant travaillé en continu, et une personne ayant alterné contrats courts et inactivité. Pour le gouvernement, "à travail égal, allocation égale". Concrètement jusqu'au 1er avril, la durée des droits à l'allocation chômage correspond au nombre de jours travaillés dans les 28 derniers mois. Tandis qu’à partir du 1er avril, la durée des droits à l'allocation chômage correspondra à la période entre le premier jour du contrat et le dernier jour du dernier contrat. Et cela, dans les 24 derniers mois pour les moins de 53 ans, et dans les moins de 36 mois pour les plus de 53 ans, précise le MNCP (mouvement national des chômeur et précaires).

Sont concernées uniquement les personnes ouvrant des droits à partir du 1er avril prochain. Pour celles ayant ouvert des droits avant le 1er avril, le montant de l'allocation ne changera pas, et ce, jusqu'à épuisement des droits. 

Trêve hivernale

Cette année exceptionnellement, la trêve hivernale est prolongée de deux mois. Ce qui signifie qu'au lieu de prendre fin comme habituellement le 31 mars, celle-ci se prolonge jusqu'au 31 mai 2020. Cette prolongation est l'une des conséquences de l'état d'urgence face au Covid-19.

La trêve hivernale, qui empêche d'expulser des locataires même en cas d'impayé, "est prolongée jusqu'au 31 mai 2020", dit l'une des 25 ordonnances publiées au lendemain de leur adoption par le gouvernement pour faire face à la crise économique et sanitaire liée au coronavirus.

Ce prolongement signifie aussi que les fournisseurs d'électricité, de gaz et de chauffage ne pourront interrompre leurs services en cas de non-paiement pendant la même période.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
France Gaz Chômage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants