1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Fraude fiscale : Bercy va rémunérer ses informateurs
1 min de lecture

Fraude fiscale : Bercy va rémunérer ses informateurs

REPLAY - L'Assemblée nationale a récemment adopté cette pratique qui sera très encadrée et qui ne concerne que la lutte contre la fraude fiscale internationale. Le calcul des indemnités n'a pas encore été arrêté.

Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy"
Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy"
Crédit : AFP / FRED DUFOUR
RTL Matin du 22 novembre 2016
01:35:47
Les informateurs du fisc bientôt rémunérés
01:05
"Fillon était à la 4e place avant 'Une Ambition intime'", se félicite Karine Le Marchand
00:56
Christophe Ponzio & Philippe Peyre

Bercy va disposer d'une nouvelle arme l'an prochain contre la fraude fiscale. Les indics du fisc pourront désormais être rémunérés mais la pratique sera très encadrée. Les députés viennent d'adopter cette mesure à l'Assemblée.

Il faudra que cela concerne uniquement la fraude fiscale internationale. "Panama papers", UBS ou encore HSBC… Bercy cherche à attraper les gros poissons. Si vous dénoncez votre voisin qui ne déclare pas sa nounou ou ses revenus fonciers, oubliez, vous ne serez pas rémunérés. "Le but n'est pas d'encourager la délation", indique-t-on a Bercy.


L'administration fiscale appréciera la qualité de l'information avant de l'acheter. Il faudra qu'elle soit crédible et "testée" avant que le chèque ne soit signé. Le calcul des indemnités n'est d'ailleurs pas encore arrêté. Il pourra être fixé à partir d'un barème en fonction du nombre de noms et de données transmises ou bien un pourcentage de la somme récupérée par le fisc. Un décret devra préciser les modalités du paiement.

Un pratique déjà appliquée en Allemagne et au Danemark

Bercy souhaite avant tout ne plus passer à côté de mines d'or dont ne se privent pas l'Allemagne ou encore le Danemark qui rémunèrent déjà leurs informateurs. L'an dernier, l'administration fiscale aurait pu acheter un fichier colossal de plusieurs centaines de noms de fraudeurs au Panama et ce, plusieurs mois avant l'éclatement du scandale des "Panama Papers". La source demandait un million d'euros mais la transaction ultra-rentable n'a pas eu lieu car elle aurait été déclarée en dehors de tout cadre légal. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/