2 min de lecture Présidentielle 2017

"François Fillon est totalement incohérent avec lui-même" selon Nicolas Domenach

DÉBAT - Alain Duhamel et Nicolas Domenach reviennent sur la stratégie jusqu'au-boutiste du candidat de la droite.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
"François Fillon est totalement incohérent avec lui-même" Crédit Image : Christophe ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Léa Stassinet

"Abandonner une course, pour un pilote, ce n'est pas naturel". Avec cette métaphore automobile à lire ce jeudi 2 mars dans le quotidien Midi Libre, François Fillon affirme une nouvelle fois sa volonté d'aller jusqu'au bout de la campagne présidentielle. Malgré une imminente convocation chez les juges en vue de le mettre en examen, il l'a dit, il va "résister". Lors de sa conférence de presse du mercredi 1er mars, François Fillon a invité ses soutiens "à le suivre et a dénoncé un "assassinat politique". Mais cette stratégie peut-elle fonctionner ? Se dirige-t-il vers un jusqu'au-boutisme dangereux ?

"Il considère en tout cas que le sort du pilote est beaucoup plus important que le sort de l'écurie du pilote", affirme Alain Duhamel. "Ce qui m'a frappé dans son discours c'est qu'il tournait autour de lui, et pas autour de l'avenir de sa famille politique, alors que c'est cela qui devrait compter dans une élection présidentielle. Il prépare la droite à un échec et à une division, c'est une forme d'égotisme", estime l'éditorialiste. 

Pas un "assassinat politique" mais un "suicide politique" pour Alain Duhamel

"François Fillon est totalement incohérent avec lui même", juge Nicolas Domenach. "Il a engagé sa campagne sur le courage de la vérité, les notions d'exemplarité, de probité, de transparence. Il voulait une justice rapide et efficace, et aujourd'hui il adopte une attitude totalement contraire à ses engagements, et c'est cela qui est grave", selon l'éditorialiste. 

Durant sa conférence de presse, François Fillon a employé des termes comme "assassinat politique" qui ont pu choquer, mais pour Alain Duhamel, c'est plutôt "un suicide politique, ce qui est tout à fait différent. Il considère qu'il fait l'objet d'un acharnement partisan, qu'on essaye de le faire sortir de ses gonds en permanence, qu'on l'empêche de mener campagne. Il est persuadé d'être la victime" poursuit l'éditorialiste. 

Des responsables de sa famille politique confient hors-micro leur certitude d'aller dans le mur

Nicolas Domenach
Partager la citation
À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, l'ancien président et cofondateur du Front national. présidentielle 2017
Pourquoi l'État va rembourser 4,2 millions d'euros à Jean-Marie Le Pen

Selon un dernier sondage Harris Interactive, seul 1 Français sur 4 souhaite qu'il maintienne sa candidature, et "c'est largement assez pour arriver en troisième position et être éliminé, ce qui serait une première pour un candidat de la droite dans la Vème République", rappelle Nicolas Domenach. L'éditorialiste fait part du "climat délétère" qui existe dans le camp Fillon. "Des responsables de sa famille politique confient hors-micro leur certitude d'aller dans le mur". 

Pour les deux éditorialistes, la solution pour stopper l'hémorragie serait de nommer un "plan B". "Ce serait moins pire", affirme Alain Duhamel, même "si celui qui se substituerait à François Fillon commencerait une campagne tardive dans des conditions financières, morales et politiques extrêmement difficiles. Mais au moins, il y aurait eu une rébellion, et peut-être l'espoir de rester cohérent au-delà de l'élection présidentielle". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants