4 min de lecture Société

"Fonduegate" : quand un fromager refuse de vendre du beaufort pour une fondue

Un journaliste britannique a raconté sur Twitter qu'un fromager français a refusé de lui vendre du beaufort qu'il destinait à une fondue. Hors de question pour le professionnel, pour qui ce fromage ne peut décemment pas finir en fondue.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
"Fonduegate" : quand un fromager refuse de vendre du beaufort pour une fondue Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet Journaliste RTL

French fromage et french lover. Il y a eu le Watergate, le Dieselgate. En ce mois de décembre, nous sommes en plein "Fonduegate". Une nouvelle guerre de cent ans qui tourne à la guerre des tranchées, ou des tranchettes peut-être. Tout ça à cause... d'un morceau de beaufort.

À l'origine des hostilités, un citoyen britannique, "vétéran de la fondue" selon ses propres termes, qui se rend chez un fromager parisien. Il veut du comté et du beaufort pour se faire une bonne fondue, c'est de saison. Mais le fromager tique. Le beaufort, c'est trop bon, trop goûtu pour une fondue. Notre ami british insiste, mais le fromager ne lâche pas. Un beaufort de 2015 à 39 euros le kilo, vraiment, ça lui ferait mal au cœur de le voir fondu.

Finalement, après un quart d'heure de palabres, il accepte de céder 200g de son précieux frometon, mais contre la promesse qu'il ne sera ni râpé ni fondu.

Cette histoire, le Britannique qui est journaliste en a fait un article relayé sur Twitter. Sur le mode "only in France", il n'y a qu'en France qu'on voit ça. Et depuis c'est une déferlante.

Tout le monde prend parti, souvent pour défendre le fromager. Même l'ambassadeur de Suède en France s'en est mêlé, avec ce tweet consterné : "J'ai de la sympathie pour les deux protagonistes. Cela me coûte de le dire comme diplomate, mais quelques fois, deux positions ne peuvent pas être réconciliées". À lire sur le site du Monde.

Anémone : "Mais qu'on me lâche le pull !"

À lire aussi
Un ticket d'Euromillions française des jeux
Euromillions : les résultats du tirage du mardi 26 mai 2020

Il y en a une qui est fâchée avec tout le monde, c'est Anémone. "Mais qu'on me lâche le pull !" C'est le titre de l'interview surréaliste qu'elle donne au Parisien. L'impayable Thérèse du Père Noël est une ordure est actuellement sur les planches avec la pièce Les Nœuds au mouchoir, mais après, rideau !

À 67 ans, elle a décidé de raccrocher. Pourquoi ? Parce que la promotion "ça fait trop chier". "J'avais décidé d'être artiste, pas vendeuse de films... J'aime bien les artistes mais du côté de la production, on se fade un paquet de crétins."

Que va-t-elle faire maintenant ? "Retourner buller au Portugal, j'ai toujours adoré ne rien foutre". Pour des raisons fiscales ? "Ça ne vous regarde pas !"

Son soutien à Mélenchon en 2012 ? "Je me demande si ce n'est pas un vieux stalinien pour finir. C'est un vieux politicard en tout cas." Et Mitterrand, elle y a cru ? "Je ne fais pas partie des déçus de ce camembert pourri."

Et elle embraye toute seule sur Johnny Hallyday. "Johnny, il a fait quoi ? À part se déguiser et mentir ? Voter à droite et fuir le fisc ? Il n'a fait que se marier, divorcer et se marier, c'était un pantin médiatique."

Voilà, tout le monde est rhabillé pour l'hiver. Mais pourquoi tant de haine ? "En ce moment, je suis assez déprimée", constate Anémone incapable de trouver un petit truc positif à dire. Déprimée mais mamie flingueuse, quand même.

Le frère de Kevin Spacey se confie

Un autre acteur s'efface en ce moment, mais pour bien d'autres raisons, c'est Kevin Spacey. Effacé littéralement du dernier film de Ridley Scott après des accusations d'attouchements sur mineurs. Évincé de la série House of Cards.

Le Point revient sur le parcours de ce comédien surdoué et oscarisé. Un comédien qui a toujours dissimulé un secret. C'est son frère Randy qui a levé le voile, un sosie professionnel de Rod Stewart dans un bled paumé de l'Idaho

 Les deux hommes ont vécu une enfance d'éprouvante. Leur père néonazi cultivait sa ressemblance avec Adolf Hitler, coiffure et moustache de circonstance. Les garçons l'appelaient "la créature". Chez eux, c'était la maison des horreurs. Abus sexuels, privation de nourriture, terreur de tous les instants.

C'est là que, pour échapper aux mauvais traitements, Kevin Spacey aurait développé selon son frère "un intellect hors du commun, une totale fermeture aux émotions et une remarquable capacité de transformation".

Bref, ce père tortionnaire a fait de lui l'un des meilleurs acteurs américains. Mais sans doute aussi un prédateur. Ce que visiblement personne n'ignorait. Comme pour Harvey Weinstein.

"La complainte du French lover"

Le scandale Weinstein qui reste l'un des faits marquants de 2017. Avec un avant et un après, et l'Obs s'interroge : "ce scandale va-t-il tuer la drague et le langage amoureux ?" Qu'est-ce qu'un bon séducteur ? Le magazine ose "la complainte du French lover". Qu'il faut d'abord définir par ce qu'il n'est pas : un dragueur.

Le dragueur montre ses muscles, il a beaucoup de recettes et peu de mots. Le séducteur, lui, est l'héritier de la culture de la conversation.

L'universitaire Claude Habib résume : "Le séducteur est souvent un homme qui plaisante, c'est toujours un homme qui n'insiste pas. Que les femmes se plaisent avec lui, c'est tout ce qu'il prétend vouloir. Il a le talent des détails et le sens des riens."

Et de citer l'Homme qui aimait les femmes de Truffaut : pour lui "chaque femme a quelque chose que les autres n'ont pas, quelque chose d'unique et d'irremplaçable".

Hommage à Jeanne Moreau

Truffaut cité aussi dans l'édito des Inrocks, pour un hommage à Jeanne Moreau. Femme libre s'il en est, décédée juste avant que n'éclate le scandale Weinstein.

Pour les Inrocks, elle est "la marraine invisible de la prise de parole féministe". Truffaut en fit son héroïne dans Jules et Jim et il disait d'elle : "Elle a toutes les qualités qu'on attend d'une femme, plus celles qu'on attend d'un homme, sans les inconvénients des deux". Et ça, ce n'est pas de la drague.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Fromage Kevin Spacey
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants