1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Fermeture des restaurants : "J'ai peur qu'elle se prolonge plusieurs semaines", dit Piège
1 min de lecture

Fermeture des restaurants : "J'ai peur qu'elle se prolonge plusieurs semaines", dit Piège

INVITÉ RTL - Le chef cuisinier français se montre très inquiet quant à la prolongation de la fermeture des restaurants.

Jean-François Piège pose dans son restaurant "Le grand restaurant" à Paris (2015)
Jean-François Piège pose dans son restaurant "Le grand restaurant" à Paris (2015)
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Le Journal Inattendu de Calogero et Jean-François Piège du 19 décembre 2020
46:20
Le Journal Inattendu de Calogero et Jean-François Piège du 19 décembre 2020
46:20
Fermeture des restaurants : "J'ai peur qu'elle se prolonge encore plusieurs semaines", dit Piège
02:38
Ophélie Meunier
Animateur

"On arrive au bout du bout". Invité du Journal inattendu, le chef Jean-François Piège, qui sort une bible de la gastronomie française : Recettes bourgeoises et populaires, est revenu au micro d'Ophélie Meunier sur les difficultés du monde de la restauration cette année. Il tire la sonnette d'alarme : "on arrive au bout du bout", estime-t-il. "Si ça dure, ça va être une catastrophe". 

"Un restaurant, ça consomme 30% de frais fixes, donc 30% de chiffre d'affaires par mois", explique-t-il. "Lors du premier confinement, on a tapé dans la trésorerie (...). À Paris, on n'a pas eu deux mois de confinement mais trois, parce qu'on a pu rouvrir que le 15 juin", précise Jean-François Piège avant d'ajouter : "On a eu le couvre-feu au mois d'octobre, on a eu le deuxième confinement et (...) on a un soutien de l'Etat qui n'est même pas au niveau de ce qu'on consomme, c'est-à-dire de 20%". 

Le chef cuisinier français se montre donc très inquiet quant à la prolongation de la fermeture des restaurants : "J'ai peur qu'elle se prolonge encore plusieurs semaines, c'est-à-dire qu'on se revoie au printemps". "On nous a privés de notre liberté d'entreprendre pour des raisons que je comprends totalement", poursuit-il. "Et aujourd'hui, on se sent un peu puni parce qu'on nous laisse assumer la charge de ça et on ne vient pas suffisamment à notre soutien". 

20201219_133052
20201219_133052
Crédit :
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/