2 min de lecture Société

Faut-il interdire le ski hors-piste ?

REPLAY - RTL MIDI

Pascal Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud
>
Les auditeurs ont la parole du 14 février 2017 Crédit Image : AFP / GAIZKA IROZ | Crédit Média : Vincent Parizot,Sophie Aurenche | Durée : | Date : La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot et Sophie Aurenche

En pleines vacances, trois touristes et leur moniteur de surf ont perdu la vie à Tignes (Savoie) dans l'avalanche la plus meurtrière depuis le début de la saison.

"Le bilan définitif est de quatre victimes", a déclaré le sous-préfet d'Albertville, Nicolas Martrenchard, en annonçant la levée des recherches entreprises depuis la matinée

De premières informations avaient laissé craindre un bilan beaucoup plus lourd, les secours évoquant un groupe de huit personnes accompagnées d'un moniteur. Mais seules quatre victimes décédées étaient rapidement sorties de la coulée. 

D'ultimes vérifications ont porté sur une cinquième personne qui se trouvait avec le groupe "quelques minutes avant le drame" et qui était censée attendre les autres au bas de la piste. 

"Au cours de son audition par les CRS, cet adolescent nous a confirmé la certitude que la catastrophe n'a fait que quatre victimes", a ajouté le sous-préfet. 

La confusion initiale sur la composition du groupe serait due à une double prise en compte des inscriptions à cette sortie, sur internet et via le moniteur. 

Les quatre morts étaient des surfeurs de nationalité française habitués de la station, qui "cheminaient" à pied quand ils ont été emportés par une plaque à vent. 

Parmi eux, on comptait un père de famille de 48 ans, son fils de 15 ans et le demi-frère de ce dernier, 19 ans. Ils étaient tous originaires du sud de la France. Leur moniteur était quant à lui âgé de 59 ans. 

Ils étaient tous porteurs d'un équipement de détection de victime d'avalanche. "Ils avaient déjà emprunté ce hors-piste plus tôt et ils voulaient le faire une deuxième fois", selon les secours. 

La coulée, spectaculaire, s'est produite sur environ 400 mètres sur le secteur hors-piste de la Tovière, à quelques dizaines de mètres seulement des remontées mécaniques. C'est le personnel de la station qui a donné l'alerte à 10H35. 

À lire aussi
La procrastination : noble art ou mauvaise habitude ? psychologie
Journée de la procrastination : quelles sont les causes de ce comportement ?

Lundi, le risque d'avalanche était de 3 sur une échelle de cinq. Qualifié de "marqué" par Météo-France, ce niveau prévient que des avalanches sont "possibles parfois même par faible surcharge et dans de nombreuses pentes". 

C'est le plus grave accident survenu depuis le début de la saison de ski, qui a démarré tardivement cette année en raison d'un manque de neige avant la mi-janvier. 


Faut-il interdire le ski hors-piste ? RTL vous invite à répondre à la question du jour.

Faut-il interdire le ski hors-piste ?
Nombre de votes : 7823 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787244352
Faut-il interdire le ski hors-piste ?
Faut-il interdire le ski hors-piste ?
REPLAY - RTL MIDI
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/faut-il-interdire-le-ski-hors-piste-7787244352
2017-02-14 10:55:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/VKuhzAEoVAxN_hBDDY0bKg/330v220-2/online/image/2016/0130/7781625454_une-avalanche-fait-un-blesse-grave-en-haute-savoie-photo-illustration.jpg