4 min de lecture Politique

Évelyne Richard prend sa retraite après 48 ans au service de l'Élysée

C'est une figure de l'Élysée qui prend sa retraite. Évelyne Richard quitte le palais présidentiel après 48 ans au service des différents présidents de la République.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Évelyne Richard prend sa retraite après 48 ans au service de l'Élysée Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet Journaliste RTL

À l'Elysée, il y a eu des présidents, des premières dames et il y a une dame qui les a tous connus. Elle s'appelle Évelyne Richard, elle a 73 ans et cette année, elle prend sa retraite. Depuis près d'un demi-siècle, c'est elle qui organise les voyages présidentiels. Le Magazine du Monde revient sur cette carrière extraordinaire : son arrivée en 1969 avec l'équipe de Georges Pompidou et sa première grande opération : organiser les obsèques du général de Gaulle. 

Le magazine évoque aussi le joyeux tsunami de 1981, avec l'arrivée de la gauche au pouvoir. Elle pensait être virée, Mitterrand l'a adoptée. Loyale, discrète, indispensable, jamais fatiguée, toujours élégante, sourire avenant mais poigne de fer. Elle houspille ses journalistes mais elles les protègent comme une mère, c'est ainsi qu'en 2012, à Kaboul, elle s'en est pris aux gardiens hyper armés du palais présidentiel, qui avaient demandé aux reporters de laisser leurs téléphones à l'entrée. "Mais pour qui vous vous prenez ? Vous n'avez pas le droit ! On n'a jamais vu ça nulle part !". Elle leur crie dessus, elle les menace avec son sac à main, les gardiens restent interdits devant cette femme occidentale qui a  l'âge de leur grand-mère, et ils s'inclinent. "Un Panzer en escarpins" dira quelqu'un.

Évelyne Richard a connu l'époque où il fallait joindre tout le monde, et vite, mais sans portable, l'époque où on installait 14 téléphones dans une salle de presse ; aujourd'hui, dans un G7, il y a 1200 postes de travail. Elle a fait plusieurs fois le tour du monde, elle a connu l'Iran du Shah, l'Afrique du Sud de Nelson Mandela mais elle a un faible pour les voyages au château de Windsor. Elle garde d'ailleurs, spécialement encadré, un portrait dédicacé de la reine Elizabeth II. Elle ne vous dira pas quel est son président préféré mais tout le monde connaît son affection pour Jacques ChiracFrançois Hollande lui a remis les insignes d'officier de la Légion d'honneur. Ils se sont croisés il y a quelques jours au théâtre, ils sont tombés dans les bras l'un de l'autre et l'ancien président lui a glissé : "il faut s'habituer à la vie d'après".

En 1927, la France remportait sa première Coupe Davis

À lire aussi
Une vue de la ville de Biarritz, au Pays basque politique
G7 : comment Biarritz a été transformée en camp retranché

Remontons encore un peu le temps et arrêtons-nous en 1927. Cette année-là, quatre amis liés à la vie à la mort par les liens sacrés du sport réalisent un exploit : offrir à la France sa première Coupe Davis, après des années d'espoirs déçus et surtout, sur les terres des américains. Ces quatre-là, on les appelle les Mousquetaires : ils sont un tout mais chacun est différent, chacun a son surnom. Il y a René Lacoste, l'Alligator, Henri Cochet, le Magicien, Jean Borotra, le Basque bondissant et puis Jacques Brugnon, dit Toto. 

Jacques Brugnon, Henri Cochet, René Lacoste et Jean Borotra ont remporté six Coupe Davis entre 1927 et 1932
Jacques Brugnon, Henri Cochet, René Lacoste et Jean Borotra ont remporté six Coupe Davis entre 1927 et 1932 Crédit : ARCHIVE / AFP

Lacoste est un traqueur, il se soigne avec un régime invariable : du sucre, du saut à la corde, un peu de golf et il mange seul. Le capitaine de l'époque, Pierre Gilou, s'amuse de ses angoisses : "Lacoste, qui a besoin de beaucoup de travail, se plaignait d'avoir perdu tantôt son revers, tantôt son coup droit, quand ce n'était pas les deux à la fois. Il était de plus à la recherche de son service".

La bataille sera héroïque, notamment contre Bill Tilden, alias Big Bill, le plus grand joueur de l'époque. L'amitié sera la clef de la victoire : Lacoste décrira plus tard "une joie de grands gosses, madame Cochet s'évanouissant, Brugnon laissant tomber sa pipe, Borotra justifiant sa réputation de basque bondissant". Depuis, il y a eu 9 autre saladiers d'argent. L'Equipe retrace cette épopée dans un hors série spécial Coupe Davis, avec RTL.

Une querelle d'argent

La soif de l'argent est au cœur d'une bataille fratricide après la mort de la marquise de Moratalla. Soledad Cabeza de Vaca, marquise de Moratalla, descendante d'un illustre conquistador, mais qui doit sa fortune à sa mère, est une veuve anglaise. Sa fortune est difficile à estimer mais elle doit être conséquente, vu les convoitises qu'elle suscite

La marquise a deux fils : un fils biologique, Forester Labrouche, et un fils adoptif, German de la Cruz, venu de Colombie. Or, un mandat signé en Suisse en 2012 par la marquise elle-même donne tout pouvoir à German de la Cruz pour administrer ses biens. Forester Labrouche a attaqué en justice. La marquise est décédée à l'âge de 87 ans mercredi 29 novembre au Domaine de Coumères, son domicile de Bayonne. Forester Labrouche a demandé une autopsie, le parquet de Bayonne vient de lui donner gain de cause, et selon les informations du Figaro, Forester Labrouche a également porté plainte pour meurtre. Ambiance.

La douceur de l'attente

Et puis, cela ne vous a pas échappé, nous sommes le 1er décembre, c'est le début de l'Avent, l'attente de Noël. Il y a un dossier spécial à lire dans La Croix, qui s'interroge : sommes-nous encore capable d'attendre ? Certains enfants ont déjà entamé leur calendrier, et pillé les chocolats. "Maman, on est vraiment obligé d'attendre ?" demandent-ils. Oui, attendre, c'est positif quand ce n'est pas subi, quand c'est une promesse de bonheur. Mais un petit détail en dit long sur nos capacités à patienter : le bouton le plus utilisé dans un ascenseur, c'est le bouton fermeture des portes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791219612
Évelyne Richard prend sa retraite après 48 ans au service de l'Élysée
Évelyne Richard prend sa retraite après 48 ans au service de l'Élysée
C'est une figure de l'Élysée qui prend sa retraite. Évelyne Richard quitte le palais présidentiel après 48 ans au service des différents présidents de la République.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/evelyne-richard-prend-sa-retraite-apres-48-ans-au-service-de-l-elysee-7791219612
2017-12-01 09:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/xw5DLZlstNwXswH6iEsu6Q/330v220-2/online/image/2016/0826/7784595533_une-vue-du-palais-de-l-elysee.jpg