4 min de lecture Élection présidentielle

"Êtes-vous un robot ?", la drôle de question philosophique en ligne

Le philosophe Roger-Pol Droit raconte son expérience avec cette question délicate alors qu'il s'inscrivait sur les listes électorales.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
"Êtes-vous un robot ?", la drôle de question philosophique en ligne Crédit Image : istock | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

S'inscrire sur les listes électorales, banale formalité administrative comme nous en connaissons tous. On avait jusqu'au 31 décembre pour le faire. Peut-être l'avez-vous fait sur le site servicepublic.fr. "Je ne soupçonnais pas à quoi cela pouvait conduire", écrit ce matin dans Les Échos le philosophe Roger-Pol Droit dans un billet aussi drôle que bien pensé. Pendant les fêtes, il s'est connecté à servicepublic.fr, il a rempli tout le formulaire et juste avant d'envoyer sa demande, le site lui a posé une dernière question. "Êtes-vous un robot ?" Passé le moment de stupeur, la réponse n'est pas si évidente qu'il n'y parait !

"Qu'est-ce qui peut bien me permettre de répondre que je ne suis pas un robot ? Avant de pouvoir cliquer pour affirmer que je ne suis pas un robot, il va falloir que je relise Descartes et ses méditations métaphysiques. Sa solution : le cogito, je ne suis pas une machine parce que je pense. Sauf que Leibniz disait le contraire, nous sommes automates dans les trois quarts de nos actions. Le débat est interminable. Il faut malgré tout répondre. Êtes-vous un robot ? Non, c'est la seule réponse qui vous permet de vous inscrire de toute façon. Une réponse unique et prescrite d'avance qui vous transforme de fait en robot !" "Ça m'a turlupiné pendant tout le réveillon, écrit le philosophe, et ça m'a mis sur une piste. Les robots ne réveillonnent pas et ne sont pas turlupinés." On est rassuré. Pour le moment.

À Rome, le calvaire de Virginia Raggi

Et une fois qu'on est inscrit, il faut aller voter. Et bien savoir ce qu'on fait. C'est d'ailleurs ce que doivent se dire aujourd'hui les habitants de Rome. En juin dernier, à la surprise générale, ils ont élu comme maire Virginia Raggi du Mouvement 5 Étoiles. Depuis on n'en a plus trop parlé et c'est Le Figaro qui nous raconte ce matin "le calvaire de la maire de Rome". Première femme élue au capitole, elle multiplie erreurs de gestion, nominations hasardeuses et bévues. En six mois, elle a changé six fois de conseillers municipaux, trois fois de chef de cabinet, le poste n'est toujours pas pourvu, deux fois de responsable de l'économie. Elle a nommé comme responsable du personnel un membre de l'ancienne mairie arrêté le 16 décembre pour corruption. Elle a au passage recruté son frère sans respecter aucune procédure et lui a attribué un salaire mirifique.

Et puis elle a dû affronter le "frigo gate"... Virginia Raggi a fait rire tout Rome en septembre en dénonçant une conspiration dans l'abandon des réfrigérateurs au coin des rues. Le "frigo gate" s'est dégonflé quand il s'est avéré que la nouvelle mairie avait tout simplement oublié de renouveler la convention avec les services des encombrants qui ne passaient donc plus. "L'élection triomphale de l'avocate brune de 37 ans tourne au chemin de croix", écrit Le Figaro. Toute ressemblance avec un milliardaire blond sur le point d'entrer lui aussi au capitole est évidemment fortuite.

Les détenus s'évadent avec un journal

À lire aussi
Le chef de l'État par intérim a donné un discours à la nation, dimanche 15 septembre algérie
Algérie : La présidentielle fixée au 12 décembre

On n'est pas des robots parce qu'on vote, on n'est pas des robots parce qu'on écrit aussi. Un jour sans doute un journal sera entièrement fait par des robots, mais en attendant Le Parisien nous raconte ce matin la naissance d'un journal inédit, avec des interviews, des témoignages et même des scoops. Ce journal, vous ne le trouverez pas en kiosques, à moins que vous ne soyez incarcéré à la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy. L'Écho d'Arcy est un journal écrit par une quinzaine de détenus qui ont participé pendant quatre mois à un atelier presse avec une prof de français. "Le titre n'a pas été choisi au hasard, expliquent-ils dans leur édito. L'écho, c'est l'information qui circule, c'est aussi ce qui résonne dans la prison." "Ce journal, c'est une bouffée d'oxygène", dit l'un des auteurs.

En tournant les pages, on y découvre des récits de la vie derrière les barreaux, un programme sportif à faire en détention, il y a même des fiches cuisine avec la "gamelle presque parfaite". Il y a aussi une rubrique "le vrai du faux" qui explique que oui un détenu a le droit de vote. Vous me direz : "Où est le scoop ?" Et bien dans cette interview du directeur adjoint qui révèle que les cellules seront équipées d'ici l'année prochaine pour accueillir des plaques chauffantes. Les détenus vont pouvoir conserver les fiches recettes ! Un journal pour s'évader à lire dans Le Parisien.

La reinette du Mans en perdition

Histoire de vanille et histoire de pomme à lire aussi ce matin. Oui, un reportage passionnant du Monde daté d'aujourd'hui nous apprend comment la vanille a pourri Madagascar. L'île produit 80% de la vanille mondiale, et depuis deux ans les cours ont explosé, passant de 65 euros le kilo en 2014 à 400 euros aujourd'hui. La vanille est devenue l'épice la plus chère du monde après le safran. Et elle pousse donc sur une île où la population est l'une des plus pauvres du monde. En deux ans, la manne de la vanille a fait tourner les têtes des producteurs qui font n'importe quoi, ils se disent que tôt ou tard les cours vont s'effondrer alors ils ont récolté leur gousse bien avant qu'elles arrivent à maturité, ce qui fait que le taux de vanilline est beaucoup moins élevé, et la vanille moins goûtue. Et puis tout est bon pour gonfler artificiellement sa quantité. Au milieu des paquets de gousses sur le marché au gros, il n'est pas rare de trouver des clous, ou des rayons de roues de vélo. C'est à lire dans Le Monde.

Plus près de nous, Marianne lance cette semaine un plaidoyer pour sauver la reinette du Mans, l'une des pommes emblématiques de notre verger national, une pomme jaune rustique que l'on trouve dans le Val de Loire. Enfin que l'on trouvait, car la voilà victime du productivisme mercantile. La reinette du Mans a la particularité d'être extrêmement tardive, c'est une pomme de janvier, et peu à peu les producteurs cédant aux demandes de la grande distribution l'ont délaissée au profit de pommes à mûrissement rapide ramassées mécaniquement dans les pommeraies. Heureusement, Marianne a trouvé le verger de la résistance, c'est à Montabon, en Sarthe, où un couple de passionnés s'est donné pour vocation de préserver les variétés anciennes de pommes et notamment cette reinette. "On la cueille à la main, on la croque avec les dents et son goût unique nous fait sentir qu'on n’est pas des robots !"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élection présidentielle Internet Service public
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786613983
"Êtes-vous un robot ?", la drôle de question philosophique en ligne
"Êtes-vous un robot ?", la drôle de question philosophique en ligne
Le philosophe Roger-Pol Droit raconte son expérience avec cette question délicate alors qu'il s'inscrivait sur les listes électorales.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/etes-vous-un-robot-la-drole-de-question-philosophique-en-ligne-7786613983
2017-01-06 09:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/B0HkvBPh1vtLOQ_-alUO1A/330v220-2/online/image/2015/0509/7778291148_un-ordinateur-illustration.jpg