1 min de lecture Épidémie

Essonne : une nouvelle rave party illégale interrompue par les forces de l'ordre

Des centaines de fêtards étaient présents, dans la nuit du 14 au 15 août, sur un terrain en Essonne pour une "free party" non-déclarée et illégale.

Les "free parties", ici à Florac dans les Cévennes, continuent d'être organisées malgré la crise sanitaire.
Les "free parties", ici à Florac dans les Cévennes, continuent d'être organisées malgré la crise sanitaire. Crédit : Pascal GUYOT / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont et AFP

En Lozère, dans le Bois de Vincennes ou dans la Nièvre : depuis le déconfinement, et sans réouverture des boîtes de nuit, les "free parties" se multiplient partout en France. Les forces de l'ordre sont intervenues, le dimanche 16 août, pour faire évacuer quelque 300 personnes d'une fête illégale qui s'est tenue, sans autorisation, sur un terrain à Boutigny-sur-Essonne (Essonne), a annoncé la préfecture du département.

"Dans la nuit de vendredi à samedi, 200 à 300 personnes ont investi sans autorisation un terrain situé à Boutigny-sur-Essonne" pour organiser une fête et "ont refusé d'y mettre fin" et d'évacuer les lieux, a indiqué la préfecture, pointant "un mépris des règles de prévention sanitaire", au moment où les autorités alertent sur une recrudescence des cas de Covid-19.

Les gendarmes ont saisi six véhicules ainsi que du matériel de sonorisation, indique le communiqué de la préfecture. Des contrôles routiers de dépistage d'alcoolémie et de stupéfiants menés autour du site ont par ailleurs conduit au relevé de "nombreuses infractions", ajoute le communiqué, sans plus de précisions.

Interrogé par RTL le 11 août, le ministre délégué aux PME Alain Griset avait regretté le "manque de responsabilité" des organisateurs et participants de ses fêtes illégales. Il a par ailleurs indiqué qu'il recevrait, fin août, les représentants du secteur de la nuit pour faire un point sur la situation sanitaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Fête
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants