1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Enfants transgenres : les témoignages de Mathilde et Lou, enfants trans
2 min de lecture

Enfants transgenres : les témoignages de Mathilde et Lou, enfants trans

REPORTAGE - Les professionnels de santé constatent une hausse des consultations chez les enfants pour des questions de genre. Ces rendez-vous sont parfois accompagnés d'une demande de changements de sexe.

Une petite fille sur une balançoire (illustration)
Une petite fille sur une balançoire (illustration)
Crédit : AFP
Les enfants transgenres face à une prise en charge insuffisante
02:04
Agathe Landais - édité par Lison Bourgeois

Selon les associations concernées, il y aurait 15.000 transgenres aujourd'hui en France. Cela concerne tous les âges confondus. C'est un mal-être ressenti parfois très jeune, chez des enfants qui n'hésitent plus à consulter. Pourtant, la prise en charge médicale reste aujourd'hui encore balbutiante. 

Léo à 11 ans et ses amis l'appellent Lou, depuis 2 ans. "Depuis tout petit, j'adore les jouets de filles et me déguiser en fille. Puis après, je me suis rendu compte que c'était encore plus que ça. Et que j'avais envie de devenir une fille !" confie t-il au micro de RTL. Léo porte aujourd'hui les cheveux longs et a les yeux maquillés par un trait de crayon, bien qu'à la naissance ont lui ai assigné le genre masculin. 

"Des fois, je suis un peu triste quand même de voir des filles commencer à avoir leur puberté, se développer. Alors que moi, je vais avoir une puberté, mais pas la bonne puberté on va dire", explique calmement Léo. Puis il ajoute : "J'ai pas envie de muer parce que j'aimais pas tellement être un garçon.

Je vais avoir une puberté, mais pas la bonne puberté on va dire.

Léo, jeune garçon de 11 ans.

Mathilde est une jeune fille transgenre de 20 ans et elle se souvient aussi avoir très mal vécu sa puberté. "Je ressentais un mal-être face au fait que mon corps devienne de plus en plus masculin. Je n'étais pas bien dans ma peau jusqu'au jour où ma mère est tombée sur des affaires féminines que je portais un peu en cachette. Ouais, elle était un petit peu sous le choc mais assez vite, elle a essayé de m'aider." se souvient Mathilde au micro de RTL. À 12 ans, elle entame sa transition grâce à des bloqueurs de puberté. Et depuis ses 17 ans, elle suit un traitement hormonal. 

À lire aussi

Des jeunes transgenres comme Mathilde, le pédopsychiatre Jean Chambry en reçoit de plus en plus. "Il y a dix ans, j'avais dix demandes par an. Aujourd'hui, j'ai dix demandes par mois. Tous les espaces de consultations qui ont ouvert sur ce sujet sont saturés. Donc il y a plus de jeunes qui viennent pour parler de ces questions-là, ça c'est vrai", analyse le pédopsychiatre.

Une génération plus sensibilisée aux questions de genre, plus ouverte à la diversité. Pour ce spécialiste, c'est ce qui encourage les jeunes transgenres à s'assumer bien plus tôt. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/