6 min de lecture Attentat à Nice

Attentat à Nice : Daesh a revendiqué l'attentat qui a fait 84 morts

Un deuil national de trois jours débute ce samedi 16 juillet, après l'attentat perpétré le 14 juillet par un Tunisien de 31 ans qui se serait radicalisé de manière fulgurante.

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant le mémorial aux victimes de l'attaque du 14 juillet sur la Promenade des Anglais.
Des centaines de personnes se sont rassemblées devant le mémorial aux victimes de l'attaque du 14 juillet sur la Promenade des Anglais. Crédit : Laurent Cipriani/AP/SIPA
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Le président François Hollande a décrété trois jours de deuil national, à partir de ce samedi 16 juillet en France, où des rassemblements de solidarité se poursuivaient après l'attentat de Nice qui a fait au moins 84 morts, dont 10 enfants jeudi 14 juillet. Pendant les festivités de la Fête nationale, un Tunisien de 31 ans a précipité un poids-lourds dans la foule présente sur la Promenade des Anglais, après le feu d'artifice. L'homme a été abattu par la police après avoir semé la mort sur deux kilomètres.

Dix enfants et adolescents ont été tués, a précisé le procureur de la République François Molins. Le bilan total pourrait encore s'alourdir avec "202 blessés, dont 52 en état d'urgence absolue" qui sont "entre la vie et la mort", selon lui. L'enquête a fait d'importantes avancées sur le profile du tueur. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel un Tunisien de 31 ans résidant à Nice, ne faisait l'objet d'aucun signalement de radicalisation mais était connu de la justice pour des faits de délinquance ordinaire.

Une revendication tardive

Il aurait sombré dans une radicalisation apparemment rapide et récente selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Cinq personnes de l'entourage de l'auteur de la tuerie - son ex-épouse et quatre hommes - sont toujours en garde à vue. Les auditions évoquent un basculement "récent" vers "l'islam radical", selon des sources policières, sans toutefois que l'organisation État islamique (EI) ne soit, à ce stade, mentionnée. 

Daesh a revendiqué la tuerie de la Promenade des Anglais par le biais de l'agence Amaq liée au groupe jihadiste, en fin de matinée ce samedi 16 juillet. "L'auteur de l'opération menée à Nice en France est un soldat de l'État islamique. Il a exécuté l'opération en réponse aux appels lancés pour prendre pour cible les ressortissants des pays de la coalition qui combat Daesh", affirme Amaq citant une "source de sécurité".

Retrouvez le déroulé de la journée du 17 juillet minute par minute

À lire aussi
Deux ans après l'attentat sur la Prom', un feu d'artifice a de nouveau été tiré à Nice 14 juillet
14 juillet : premier feu d'artifice à Nice depuis l'attentat meurtrier de 2016

22h41 - Les premières indemnisations des victimes de l'attentat de Nice auront lieu "dès la fin de la semaine prochaine", a annoncé samedi la secrétaire d'Etat aux Victimes, Juliette Méadel.

21h38 - Le temps nécessaire à l'identification des victimes, "un processus scientifique" dont "seule l'institution judiciaire est garante", est un "temps long" et "cruel", a admis la secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes Juliette Méadel, lors d'un déplacement à Nice. 

20h08 - La Promenade des Anglais, toujours partiellement interdite à la circulation sur environ un kilomètre, sera totalement rouverte lundi après la minute de silence prévue lundi à midi en hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet, a annoncé samedi la mairie de Nice. 

19h08 - Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, appelle tous les Français "qui le souhaitent" à rejoindre la réserve opérationnelle, qui compte actuellement 12.000 hommes.

18h30 - Le ministère de la Santé fait état de 121 personnes qui sont encore hospitalisées, dont 30 enfants. 26 personnes sont encore en réanimation.

18h13 - Stéphane Le Foll a également répondu à Marine Le Pen qui a violemment chargé le gouvernement : "Elle simplifie tout, elle cherche à casser, elle veut diviser". Le porte parole du gouvernement assure également que la droite "à failli sa mission entre 2007 et 2012" après avoir supprimé de nombreux postes au sein des forces de l'ordre.

18h10 - Invité de RTL, le porte parole du gouvernement Stéphane Le Foll rappelle que plusieurs attentats ont été déjoués et que cet attentat était "difficilement anticipable". 

17h00 - La garde à vue de l'épouse de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, dont il était séparé, a été prolongée de 24 heures.

16h08 - La présidente du Front national, Marine Le Pen, a dénoncé samedi les "carences gravissimes de l'État dans sa mission première, la protection de nos compatriotes. Dans n'importe quel pays du monde, un ministre au bilan aussi épouvantable que Bernard Cazeneuve, 250 morts en 18 mois, aurait démissionné"

15h24 - Le président de la république François Hollande a annulé sa tournée en Autriche, Slovaquie et République tchèque pour discuter des suites à donner sur le vote Brexit, mais "restera en France" pour gérer les suites de l'attentat de Nice.

14h38 - "Il s'est passé 45 secondes entre le moment où il (le terroriste, ndlr) a pénétré dans la zone interdite et le moment où il a été abattu", a affirmé Anthony Borré, le directeur de cabinet de Christian Estrosi (LR) à la région Paca. 

14h21 - La promenade des Anglais a rouvert en fin de matinée. 

14h12 - François Hollande, Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault se sont rendus à la cellule interministérielle d'aide aux victimes. 

François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls au centre d'appel d'aide aux victimes (CIAV)
François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls au centre d'appel d'aide aux victimes (CIAV)

13h44 - Selon Bernard Cazeneuve, "le conducteur du camion semble s'être radicalisé très rapidement", ajoutant "un attentat d'un type nouveau", qui "montre l'extrême difficulté de la lutte antiterroriste".

12h34 - Le terroriste "a forcé le passage en montant sur le trottoir" avec son camion, indique la préfecture. 

12h24 - Outre son communiqué via l'agence Amaq, le groupe terroriste État islamique a revendiqué la tuerie de Nice via sa radio Al-Bayan. L'organisation djihadiste se targue d'un "nouveau" mode opératoire utilisé par "un soldat de l'EI" pour commettre cette tuerie, menée à l'aide d'un poids lourd ayant foncé sur la foule. Elle affirme que l'attaque est "en réponse aux appels de l'État islamique à prendre pour cible les pays faisant partie de la coalition" antijihadiste en Irak et en Syrie. L'EI prévient les "États croisés" qu'il poursuivra ses attaques peu importe leur degré de mobilisation sécuritaire.

11h26 - Seize corps restent encore non-identifiés selon une source hospitalière.Stéphanie Simpson, porte-parole de la Fondation Lenval, l'hôpital des enfants de Nice qui a accueilli trente enfants le soir du drame, a par ailleurs indiqué que "cinq enfants se trouvent encore dans un état critique, un enfant est stabilisé, et trois sont sous respiration artificielle". En outre, un enfant hospitalisé de 8 ans, vraisemblablement étranger, est en cours d'identification.

11h12 - Le Conseil restreint de sécurité et de défense présidé samedi par François Hollande à l'Élysée s'est achevé peu avant 11h et a été suivi immédiatement par une réunion de l'ensemble du gouvernement.

10h55 - De nombreuses personnalités politiques se sont interrogées sur le dispositif de sécurité à Nice le soir du 14 juillet. Retrouvez notre éclairage

10h44 - Daesh qui désigne le terroriste comme l'un de ses soldats dans son communiqué explique que ce dernier "a mené l'opération en réponse aux appels à viser les ressortissants des pays de la coalition qui combat l'EI".

10h43 - La mairie de Nice a annoncé que la promenade des Anglais rouvrirait ce samedi à 11h45.

10h28 - Le groupe État islamique revendique l'attentat de Nice via son agence Amaq et qualifie le terroriste de "soldat".

09h24 - Quatre hommes proches de Mohamed Lahouaiej Bouhlel ont été interpellés. Un vendredi et trois dans le centre de Nice après une descente du Raid et de la BRI, ce 16 juillet vers 6h, selon le quotidien Nice-Matin. L'ex-épouse du présumé terroriste est toujours en garde-à-vue. 

08h50 - Christian Estrosi est l'invité de RTL. Selon lui, la sécurité pour les célébrations du 14 juillet était "scandaleusement" insuffisante. L'ancien maire de Nice regrette que l'État ait la responsabilité de la sécurité dans ce type d'événement et aimerait que la loi "soit changée" : "Ce ne sont pas les maires qui dirigent leurs policiers".

"Si j'étais ministre de l'Intérieur, je mettrais en place des procédures pour tenir compte des modes opératoires recommandées par Daesh à ceux qui veulent devenir ses bras armés", ajoute-t-il. Le président de la région PACA réfute toute idée d'union nationale : "Vous croyez que 65 millions de Français sont en harmonie ? (...) Je ne le suis pas".

>
Christian Estrosi : "L'union nationale ça ne se décrète pas, ça se fait" Crédit Image : Cécile de Sèze / RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

08h20 - Jean-Jacques Urvoas est l'invité de RTL. Le ministre de la Justice considère qu'il n'est pas nécessaire de créer "un parquet national antiterroriste". Selon lui, "en cas de besoin, tous les parquets de France peuvent se mobiliser".

>
Jean-Jacques Urvoas, l'invité de RTL - 16 juillet 2016 Crédit Image : Romain Boé / Sipa Press / RTL | Crédit Média : RTL.fr | Date :

06h40 - La presse revient longuement sur l'attentat et demande au gouvernement des "résultats sur le terrain". "Le ministre de l'Intérieur, le Premier ministre et le chef de l'Etat nous doivent cohérence et vérité", assène Johan Hufnagel, dans Libération. "Toujours les mêmes déclarations solennelles", se désole Alexis Brézet, du Figaro avant de prévenir : "pour gagner la guerre, il faut la mener sans demi-mesure ni pusillanimité. C'est maintenant qu'il faut agir si nous voulons un jour interrompre la sinistre litanie".
06h20 - Une minute de silence sera observée lundi 18 juillet dans le pays en hommage aux victimes de l'attentat de Nice. Un tel hommage, déjà observé après les attentats de janvier et de novembre 2015, a été décidé pour honorer les victimes de l'attentat du 14 juillet 2016. Le président François Hollande a par ailleurs décrété trois jours de deuil national, samedi, dimanche et lundi et annoncé la prolongation de trois mois de l'état d'urgence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Nice Attentat Deuil
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants