2 min de lecture Consommation

Arthus-Bertrand sur RTL : "Il faut aider les paysans qui font bien leur travail"

Le principal responsable du réchauffement climatique n'est pas la pollution des voitures ou des avions, mais l'élevage industriel intensif. Yann Arthus-Bertrand incite les consommateurs à manger mieux et à choisir de la viande de qualité issue d'élevages respectueux des animaux.

C'est notre plane`te - On refait la planète Philippe Robuchon iTunes RSS
>
Élevage intensif : "Il faut aider les paysans qui font bien leur travail", dit Yann Arthus-Bertrand Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
C'est notre plane`te -
Yann Arthus-Bertrand édité par Sarah Ugolini

Pour la plupart des scientifiques, le principal responsable du réchauffement climatique n'est ni la pollution des voitures, ni celle des paquebots ou des avions, mais l'élevage industriel intensif. Une activité qui fait travailler pas loin d'un million de personnes rien qu'en France. Forcément quand on dénonce certaines pratiques, on prend le risque de dénoncer des emplois et des vies de famille. "On est en train d'attaquer un système dont dépendent des millions de gens", assure Yann Arthus-Bertrand.


"Avec la science, on a développé un système pour fabriquer de la viande d'une façon incroyable. Il faut savoir qu'en 1950, on consommait dans le monde 45 millions de tonnes de viande, on en consomme aujourd'hui près de 300 millions", s'indigne le défenseur de l'environnement.

Il dénonce un système dans lequel les consommateurs ont une part de responsabilité. "95 % des lapins et poulets industriels qui sortent d'élevages intensifs arrivent malades aux abattoirs", dénonce un éleveur de lapins sur RTL. Il confie comment ses animaux ont consommé toute leur vie des antibiotiques et des accélérateurs de croissance et fustige un système dangereux pour les éleveurs, comme pour les consommateurs.

60 % des antibiotiques vendus en France servent à l'élevage industriel

Yann Arthus-Bertrand, président de la fodation Good Planet
Partager la citation

"60% des antibiotiques vendus en France servent à l'élevage industriel", assure Yann Arthus-Bertrand. La filière des œufs en France a décidé de sortir de ce système intensif. En 2016, les responsables s'étaient engagés à ce qu'une poule sur deux vive en plein air en 2022. On a appris cette semaine que grâce au changement d'habitude des consommateurs, cet objectif serait atteint dès l'an prochain. Les gens achètent de moins en moins d’œufs de poules élevées en batterie. 

À lire aussi
Les pâtes font partie des plats préférés des jeunes français consommation
Pourquoi le prix des pâtes va augmenter ?

"De plus en plus de gens deviennent végétariens et décident d'arrêter de manger de la viande en raison de cet élevage industriel. Il faut aider les paysans qui font bien leur travail, il faut consommer leur viande et ne pas mettre tout le monde dans le même sac", assure avec espoir Yann Arthus-Bertrand. "Je ne vois pas un monde sans paysans, mais je souhaite surtout un monde avec des paysans heureux, ce qui'ils ne sont pas aujourd'hui", conclut le président de la Fondation Good Planet. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Agriculture Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants