1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Éducation : "Il y a d'autres solutions que le redoublement", plaide le Cnesco
1 min de lecture

Éducation : "Il y a d'autres solutions que le redoublement", plaide le Cnesco

REPLAY - INVITÉE RTL - Nathalie Mons, présidente du Comité national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), répond à Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale.

Des élèves de terminal à Strasbourg (illustration).
Des élèves de terminal à Strasbourg (illustration).
Crédit : OLIVIER MORIN / AFP
Éducation : "Il y a d'autres solutions que le redoublement", plaide le Cnesco
07:09
Éducation : "Il existe d'autres solutions que le redoublement"
07:12
Vincent Parizot & Christelle Rebière & La rédaction numérique de RTL

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, envisage d'abroger le décret de novembre 2014 qui fait du redoublement une "pratique exceptionnelle". "Ce qui est important, c'est la personnalisation des parcours. Chaque élève doit avoir son parcours. Le redoublement peut être une solution. L'abrogation de ce décret fait partie des choses qui seront sur la table", a-t-il déclaré ce mardi matin sur RTL.

Mais pour Nathalie Mons, présidente du Comité national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), invitée de RTL, "les recherches ont montré que le redoublement pour des raisons de difficultés scolaires n'a pas vraiment d'effet sur les apprentissages". "On ne peut pas entamer des politiques différentes à chaque quinquennat, surtout sur le redoublemement où on a un socle scientifique assez résistant. Il y a d'autres solutions que le redoublement. Limiter le redoublement ne suffit pas à faire progresser les élèves", a-t-elle insisté.

Parmi les solutions avancées par Nathalie Mons, discutées lors d'une conférence sur le consensus, figurent notamment "des stages d'été pour les élèves en difficulté, qui ont des effets positifs". "Ça peut être aussi un changement de pédagogie des enseignements, avec un suivi plus individualisé des élèves. Mais les enseignants français y sont très peu formés", regrette la présidente du Cnesco.

L'équipe de l'émission vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/