2 min de lecture Abattoir

Dordogne : la réouverture de l'abattoir Sobeval écœure L214

Didier Guillaume avait annoncé la suspension de l'établissement à cause de "dysfonctionnements" il y a seulement six jours.

L'abattoir Sobeval, en Dordogne, où a été tournée la vidéo de L214.
L'abattoir Sobeval, en Dordogne, où a été tournée la vidéo de L214. Crédit : Romain Longieras / Hans Lucas
Jérémy Billault et AFP

Reprise d'activité partielle, sur fond de polémique. L'abattoir de veaux Sobeval, situé en Dordogne et dénoncé dans une vidéo par l'association de défense des animaux L214, a repris partiellement son activité après avoir été suspendu le 28 février, après l'annonce du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume sur RTL.

"J'annonce non pas sa fermeture, mais la suspension de cet abattoir, avait annoncé Didier Guillaume. Dès que des mesures correctives seront proposées par ses gestionnaires, cet abattoir pourra reprendre son fonctionnement."

 L'inspection "conditionnait notamment la reprise de l’abattage à la révision"  de différentes procédures dénoncées et à "la formation des personnels habilités au respect de ces nouveaux modes opératoires", comme le rappelle La Dépêche.  

Six jours pour s'améliorer

L'association L214 critique la réouverture, six jours après suspension, de l'établissement qui a objectivement eu peu de temps pour changer ses procédures et former son personnel. "Quelques jours à peine après sa suspension d’agrément, l’abattoir Sobeval reprend son activité ce mercredi sur décision de la préfecture de Dordogne" regrette l'association.

À lire aussi
Un abattoir à Sainte-Cécile, dans le nord de la France coronavirus
Coronavirus : plus de 100 cas positifs dans un abattoir breton

Elle ajoute : "Une tonne de fumier devant la préfecture aura suffi à provoquer la réouverture d'un abattoir fermé vendredi dernier", en référence à la manifestation des syndicats d'agriculteurs en soutien à l'abattoir. 

"En trois jours, il est impossible d’avoir pallié (les) défauts de structure et de formation du personnel au sein de cet abattoir. Il est scandaleux que la pression des syndicats et autres intérêts économiques privés passe avant le simple respect d’une réglementation qui pose des limites – pourtant minimales – aux souffrances endurées par les animaux" déplore Brigitte Gothière, porte-parole l'association dans un courriel à l'AFP.

La préfecture, elle, explique que ses services ont donné une "évaluation favorable" aux "propositions d'amélioration du dispositif de maîtrise des conditions de l'abattage" au sein de l'entreprise. Une nouvelle évaluation aura lieu dans deux semaines, si toutes les garanties sont apportées, la suspension sera complètement levée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Abattoir Dordogne Animaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants