1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Des sanctions alternatives au collège et lycée
4 min de lecture

Des sanctions alternatives au collège et lycée

Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Une classe de collège (Illustration)
Une classe de collège (Illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Les auditeurs ont la parole du 04/11/2014
25:13

La Côte-d'Or expérimente les sanctions alternatives au lycée

Du nouveau pour les collégiens et lycéens de Côte-d'Or, en cette rentrée des vacances de la Toussaint. Le département expérimente une façon inédite, de sanctionner les élèves de lycée, mais aussi de collège. Une alternative aux exclusions.

Plutôt que d'exclure un élève plusieurs jours, il est envoyé au Secours Populaire, à la Croix Rouge, faire la lecture aux personnes âgées ou aider à encadrer des activités périscolaires avec des plus jeunes. Dix associations ont signé un partenariat avec l'académie, dont les Restos du cœur. 


Finie la sanction pour la sanction, l'exclusion bête et méchante. La démarche se veut constructive et responsabilisante. D'autant qu'exclure n'est pas rendre service à des élèves qui ont déjà du mal à s'adapter au système scolaire. Cela revient à les exclure un peu plus en leur faisant rater des heures de cours.

Le principe est simple. Le chef d'établissement ou le conseil de discipline propose à l'élève et à sa famille de donner jusqu'à 20 heures de son temps libre en dehors de l'école dans la limite de 3 heures maximum par jour pour l'une des associations. Sinon, la vraie sanction s'applique. Les élèves signent une charte pour formaliser la chose. Si l'élève ne va pas au bout du marché, alors, là encore, la sanction s'applique.



"L'idée de ces mesures, c'est d'avoir une sanction alternative pour éviter que les élèves ne soient exclus et ne se retrouvent à l'extérieur de l'école pour éventuellement faire d'autres bêtises, explique Évelyne Greusard, inspectrice d'académie en Côte-d'Or. Mais surtout dans le sens de la scolarité. C'est quand même une sanction. En même temps, ils vont pouvoir développer l'idée qu'ils peuvent aider les autres. Ça peut être constructif dans leur projet".

Un bilan sera fait à la fin de l'année en espérant que d'autres départements se joindront au mouvement. 


Faut-il des travaux utiles plutôt que l'exclusion pour les élèves punis?  La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Sondage
Faut-il des travaux utiles plutôt que l'exclusion pour les élèves punis ?*
La rédaction vous recommande

Ségolène Royal reçoit ce soir les acteurs concernés par le barrage de Sivens

Défenseurs de l'environnement, représentants des agriculteurs, élus locaux, experts : Ségolène Royal réunit en fin d'après-midi au ministère de l'Ecologie tous les acteurs concernés par le projet de barrage contesté de Sivens. 

Cette réunion a lieu neuf jours après la mort de Remi Fraisse lors d'affrontement entre manifestants et forces de l'ordre qui a constitué un tournant dramatique dans la poursuite d'un projet contesté localement depuis plusieurs années. 

Après une semaine de vives critiques sur la gestion de ce dossier par le gouvernement, François Hollande a estimé depuis Ottawa que cette "réunion de concertation sur la base d'une expertise" était "la bonne méthode". 

"Ma responsabilité est de trouver des solutions", avait annoncé Mme Royal dimanche, critiquant pour la première fois la pertinence de ce projet de retenue d'eau dans le Tarn. 

Il y a eu "une erreur d'appréciation" dans la décision, a-t-elle déclaré, après plusieurs jours de silence du côté du gouvernement. "Un tel ouvrage ne serait plus possible aujourd'hui", a-t-elle ajouté, se basant sur un rapport d'experts commandité en septembre par son ministère, et très critique de ce projet de retenue destinée à de l'irrigation agricole. 

La ministre doit recevoir à 18h à son ministère les élus locaux concernés, dont Martin Malvy, le président PS de la Région et président de l'Agence de l'eau Adour-Garonne, et Thierry Carcenac, président PS du Conseil général, maître d'ouvrage du barrage. Sont aussi conviées les associations agricoles et de protection de l'environnement.  

Faut-il renoncer au barrage de Sivens ?

Invités de RTL Midi : Pascale Puybasset, élue de la Mairie de Lisle-sur-Tarn et membre de l'Association Vie Eau Tescou (qui regroupe les riverains favorables à la réalisation du barrage ) et Laurent PINATEL, porte-parole de la Confédération paysanne. 

La rédaction vous recommande

Après les légumes moches, les produits "gueules cassées"

D'ici une quinzaine de jours, le logo des « Gueules Cassées » sera étendu à d'autres produits dans les rayons, qui pourront eux aussi être soutenus et sauvés du gaspillage. 


Le collectif de producteurs "les Gueules Cassés" qui s'est fait connaître par l'opération fruits et légumes moches va développer son logo (une pomme qui sourit avec une bosse et une seule dent) sur les autres produits alimentaires : spaghetti trop blanches, saucisses trop petites, chocolats écornés, marrons glacés brisés, fruits confits cassés, bas morceaux pour la viande...Ces produits qui ne répondent pas au format standard ne seront plus jetés mais vendus chez les bouchers, charcutiers, supermarchés, 30 à 50% moins cher.


Le gaspillage alimentaire ne s'arrête pas au monde des fruits et légumes, tous les secteurs sont touchés puisque plus d'un tiers de la nourriture produite dans le Monde n'est pas consommée (soit 1 milliard 200 millions de tonnes jetées chaque année à l'échelle de la planète, et 17 millions de tonnes en France).

La rédaction vous recommande

Une nouvelle taxe sur les résidences secondaires ?

La taxe d'habitation pourrait être alourdie de 20% pour certaines résidences secondaires situées dans des zones dites "tendues", rapporte le quotidien Les Echos. 


Cette surtaxe, qui devrait figurer dans le projet de loi de finances rectificative pour 2014, doit rapporter 150 millions d'euros aux communes où elle sera appliquée. 


"L'exécutif entend permettre aux communes qui le souhaitent de soumettre à une surtaxe équivalente à 20% de la taxe d'habitation les résidences secondaires dans ces zones", selon le journal. 


Toutes les résidences secondaires dans ces zones, soit une trentaine de grandes agglomérations, seraient concernées, mais certaines d'entre elles --comme les résidences détenues pour raisons professionnelles ou celles possédées par une personne modeste vivant en maison de retraite-- auront droit à un dégrèvement. 


Ce ne serait pas la première fois qu'une telle surtaxe est envisagée par l'exécutif. Fin 2012, un amendement gouvernemental avait proposé une augmentation des taxes d'habitation sur les résidences secondaires dans les zones tendues mais l'idée avait finalement été abandonnée. 

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis. A vous de jouer !

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/